Transformation numérique : la France peut mieux faire

DSIPoste de travailProjets

Malgré des investissements en hausse dans les technologies, de nombreuses entreprises affichent un niveau modeste de maturité numérique.

Investissements dans les technologies et services associés, déploiements, indicateurs et mesures de performance… De nombreuses entreprises sont en retard sur la courbe de transformation numérique, y compris dans les pays les plus avancés économiquement.

C’est ce qui ressort d’une enquête (Digital Transformation Index) publiée par Dell Technologies, en partenariat avec Intel et le cabinet Vanson Bourne. 4 600 dirigeants d’entreprises de taille intermédiaire et de grands groupes ont été interrogés dans 42 pays.

Seule une minorité a pleinement intégré le numérique dans ses processus et modèles.

La France ne fait pas exception.

Progression prudente

En France, la proportion d’entreprises considérées comme les plus matures en matière d’intégration numérique (Digital Leaders) a progressé de 1,7 point en deux ans pour s’élever à 4% en 2018. Mais ce taux reste inférieur à la moyenne mondiale stable (5%).

Par ailleurs, 17% des organisations en France (23% dans le monde) se trouvent parmi les Digital Adopters qui s’appuient sur « un plan numérique mature » pour investir et innover.

Elles sont plus nombreuses (18% en France, 33% dans le monde) à avancer avec davantage de prudence (Digital Evaluators). Ces entreprises « réalisent leur transformation par étapes, en planifiant et en investissant pour l’avenir », selon le rapport.

Il reste que 25% des entreprises interrogées en France (contre 9% dans le monde) sont des retardataires (Digital Laggards). Ces entreprises « sans plan numérique » ou avec des initiatives très limitées dans ce domaine. Enfin, 36% (30% dans le monde) se positionnent encore parmi les organisations qui investissent peu dans le numérique (Digital Followers).

Budgets serrés

Les causes les plus souvent citées pour expliquer ce retard sont : le manque de budgets et de ressources, les craintes en matière de cybersécurité et de protection des données.

Or, pour 78% des dirigeants dans le monde (73% en France), le numérique devrait faire partie intégrante de leur développement. De surcroît, 51% des répondants craignent de ne pouvoir répondre aux attentes à venir de leurs clients, et 30% redoutent l’obsolescence d’ici 5 ans faute d’avoir négocié le virage du numérique et de l’automatisation.

Ainsi, la France, devancée certes par le Japon et le Danemark, fait partie des cinq pays du classement affichant les indices de maturité numérique les plus bas. Alors que les pays émergents prennent le dessus. L’Inde, le Brésil et la Thaïlande en tête.

(crédit photo © Photosani – Fotolia.com)

Lire aussi :