USA: des super-ordinateurs Linux et Solaris cibles de pirates

Sécurité

Comme quoi, l’OS au Pingouin devient une cible de plus en plus prisée par les hackeurs

Les responsables informatiques de l’Université de Stanford aux Etats-Unis sont inquiets. Depuis plusieurs semaines, les super-ordinateurs du campus sont régulièrement attaqués et paralysés de l’extérieur.

Et pour une fois, Windows n’est pas en cause puisque la majorité des machines visées fonctionnent sous l’OS libre Linux ainsi que sous Solaris de Sun. Il semblerait bien que ces hackeurs ont soigneusement sélectionné leurs cibles. “Stanford, comme de nombreuses autres établissements de recherche et des centres de calcul à haute performance, est devenue la cible d’attaques sophistiquées visant Linux et Solaris”, a rapporté le 6 avril le centre de ressources informatiques de l’université. Outre la paralysie des systèmes visés, quel est l’objectif de ces pirates? Démontrer que le noyau Linux est aussi fragile que Windows? Peut-être. Mais une chose est sûre, l’OS libre, de plus en plus utilisé est aussi de plus en plus attaqué. Linux n’est pas exempt de failles, les hackeurs l’ont compris.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur