Vade Retro, l'anti spam aux 100 millions d'utilisateurs

Sécurité

Vade Retro, l’anti spam de l’éditeur français Goto Software séduit de plus en plus d’entreprises. Grâce à sa technologie de filtrage heuristique.

En début de semaine, Goto Software annonçait la signature de nouveaux clients. L’offre anti-spam Vade Retro de l’éditeur français (Goto est installé à Hem dans le Nord) va protéger les boîtes e-mails du Conseil général de Gironde et de la Mairie d’Aire-sur-l’Adour. Soit près de 3500 comptes à protéger pour 280 000 courriels à traiter quotidiennement, dont 96 % de spam.

Le Conseil général a penché pour l’appliance Vade Retro Mail Cube. « Le retour utilisateur en matière de qualité de réception des mails a été concluant avec ce nouveau système », justifie Pierre Vignès, responsable technique du Conseil général. « Du côté technique, après une mise au point bien cadrée, l’administration du produit est devenue bien plus aisée. »

Les besoins moins importants de la mairie d’Aire-sur-l’Adour (Landes-Acquitaine) ont poussé ses responsables à se tourner vers Vade Retro Center, la solution externalisée de l’anti spam de Goto. Laquelle protège les employés des centaines de mails indésirables reçus chaque jour. « La solution Vade Retro Center a permis de régler ce problème », assure Arnaud Moustié, directeur général des services de la mairie.

Goto Software a su prendre le virage Internet

Ces deux nouveaux clients viennent s’ajouter à de nombreux autres, dont quelques grands comptes comme la Chambre de Commerce de Paris, le comité d’entreprise EDF/GDF, des groupes de presse (L’Express/Expansion, Le Point, l’Humanité…), le géant du textile Zanier (Lewis, Oxbow…), Geodis, Sonepar… Un millier d’entreprises au total dont des fournisseurs d’accès – dont SFR (sous l’ère Neuf Télécom) en France, ou Ya.com en Espagne, le câblo-opérateur Cox aux Etats-Unis – qui utilisent Vade Retro pour protéger leurs clients internautes. Goto a également un accord de distribution avec ATOS.

En revanche, « les ventes aux particuliers de Vade Retro [proposé sous forme d’une barre d’outils pour Outlook Express, ndlr] baissent depuis 2007 », reconnaît Mathieu Tarnus, directeur marketing de Goto Software. La cause? « les FAI protègent bien leurs abonnés à travers leurs propres offres. » Offres en parti indirectement fournies par Goto. Au total, les technologies Vade Retro protègent plus de 100 millions d’utilisateurs dans le monde, selon l’entreprise.

Une belle réussite pour cette entreprise familiale qui a démarré en 1982 dans les logiciels de communication et d’émulation minitel (Estel puis Timtel) et qui, après un détour par les jeux (CyberGammon, Goto Bridge, NetGammon en ligne…) et utilitaires (le célèbre aspirateur de sites web MemoWeb), a su prendre le virage Internet. Outre l’anti spam Vade Retro, Goto Software développe Sarbacane depuis 2001, un gestionnaire de campagne e-mail, «qui connaît la plus forte progression» des produits du catalogue de Goto. En 2009, il devrait représenter 35% (contre 30% en 2008) des revenus de l’entreprise.

Des règles de filtrages basées sur un corpus de dizaines de milliers de messages

Pour Goto, c’est la qualité du produit qui fait le succès de son anti spam. « Vade Retro s’appuie sur un ensemble de règles heuristiques qui visent à identifier les spammeurs (la source) pas le spam », explique Mathieu Tarnus. « Ce sont des règles basées sur des corpus de dizaines de milliers de messages. On ne se base pas sur le contenu du message mais sur son entête et le chemin parcouru par le message. » Une stratégie moins compliquée qu’il n’y paraît : « Il n’y a pas plus de 20 gros spammeurs », selon le dirigeant.

Et la concurrence gratuite n’effaie pas Goto. Même quand elle s’appelle Microsoft avec Security Essentials ou Gmail, réputé pour son filtre anti spam. « Microsoft stimule le marché en l’éduquant et nous, nous arrivons en experts », soutient Mathieu Tarnus. Et « Google Apps ne nous fait pas peur car c’est une offre destinée au petits comptes, TPE/PME. Une entreprise de plusieurs centaines de salariés ne va pas tout changer du jour au lendemain. »

Goto n’en poursuit pas moins les développements et devrait présenter une version 2 de Vade Retro début 2010. « L’application sera plus rapide, nous collaborons avec plus de partenaires pour améliorer les règles de filtrage », avance le responsable. Goto Software prévoit un chiffre d’affaires net de 6,8 millions d’euros en 2009. Une substantielles progression par rapport au 4,8 millions de 2008.

(Article mis à jour le 28/09/2009.)


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur