Vers un diagnostic internet des habitations ?

CloudFibre

Les membres du cercle des diagnostiqueurs proposent d’ajouter un DPI, spécial Internet, au DPE et aux autres tests réalisés lors de la vente ou de la mise en location d’un bien.

Le 17 mars dernier, Hervé Maurey, sénateur de l’Eure (Haute-Normandie), interrogeait le gouvernement sur le bien fondé d’informer les acquéreurs d’un logement concernant leurs futures possibilités en termes de raccordement à Internet.

« Depuis le début des années 2000, les obligations des vendeurs de logements ont été renforcées afin d’assurer aux acquéreurs une information la plus complète possible sur l’état du bien faisant l’objet d’une transaction. Ainsi, l’acquéreur est en droit d’attendre un certain nombre de diagnostics relatifs à l’amiante, aux termites, aux risques naturels et technologiques, à la qualité de l’installation électrique ou de gaz, à la performance énergétique du bâtiment, etc. Pour autant […], les acquéreurs ne sont, à ce jour, pas en droit d’obtenir d’information sur le raccordement de leur logement au réseau Internet. »

L’idée n’est en effet pas dénuée de sens. Le cercle des diagnostiqueurs (qui regroupe à ce jour 146 diagnostiqueurs immobiliers indépendants) a ainsi décidé de lancer le Diagnostic Internet, en partenariat avec le site DegroupTest. L’idée est de proposer une étude gratuite de la ‘performance Internet’ (le DPI) lors de la réalisation des diagnostics immobiliers obligatoires, avec attribution d’une étiquette permettant de voir d’un coup d’œil quel débit sera disponible. Une excellente idée, qui manque toutefois un peu de précision concernant les services proposés à l’internaute (une forte bande passante ne garantit pas, par exemple, l’accès à la télévision par ADSL…).


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur