Windows 10 : migration gratuite mais sans support pour les pirates

MalwaresOSPCPolitique de sécuritéPoste de travailSécurité

Microsoft avait créé la surprise en annonçant la mise à jour gratuite vers Windows 10 pour tous pendant un an y compris depuis des versions pirates de l’OS. La firme est néanmoins revenue sur les conditions de cette absolution.

Tout est dans la nuance. Microsoft est devenu un spécialiste de cet art linguistique. On se souvient l’été dernier du rétropédalage sur les propos de Satya Nadella qui prévoyait l’unification des OS fixes et mobiles. Le service de communication avait rectifié le tir en parlant de convergence et non d’unification.

Bis repetita avec la sortie programmée de Windows 10 pour l’été. Un exécutif de Microsoft a annoncé en Chine que la mise à jour vers le prochain OS serait accessible à ceux disposant d’une version de Windows genuine et non genuine (du nom de l’outil de surveillance de la validité des licences). Un temps dévolu au périmètre de la Chine, un porte-parole de Microsoft a indiqué que cette annonce était valable dans le monde entier. In fine, les utilisateurs disposant d’une version pirate de Windows pourront migrer gratuitement pendant un an vers Windows 10. Un changement radical dans la stratégie de Microsoft, mais qui pouvait se comprendre au regard de la concurrence et de l’évolution du marché.

Une version pirate reste une version pirate

Oui, mais voilà, l’éditeur est un adepte du second effet kiss cool. Un porte-parole interrogé par nos confrères de VentureBeat concède que « les PC non authentiques puissent bénéficier de la mise à jour vers Windows 10, cela ne changera rien à l’état d’authenticité de la licence ». Il ajoute, « si l’équipement ne disposait pas d’une licence valide avant la migration, après le terminal sera toujours considéré comme non authentique ». Pour se justifier, Microsoft argue que « les experts en sécurité considèrent que les logiciels piratés comme Windows exposent les utilisateurs à des risques de malwares, fraudes, vols d’identité ou d’identifiant bancaire ».

Un filet de repêchage prévu

La conséquence de rester sous un OS non licencié est sans appel : pas de support. Cela signifie, pas de mise à jour notamment de sécurité, mais aussi de fonctionnalités. Car Windows 10 devrait apporter un calendrier et une fréquence de mise à jour plus rapprochées que les versions précédentes. Cependant, Microsoft n’est pas très disert sur cette notion de « non supporté » pour les PC sous Windows piratés. Si on se réfère à la politique générale de la société, tant que la licence n’est pas validée, les utilisateurs verront régulièrement des messages d’erreur s’afficher jusqu’à obtenir des écrans noirs toutes les 60 minutes.

Un cauchemar pour les pauvres pêcheurs, à moins qu’ils se décident à basculer du bon côté de la barrière. « Nous fournirons un mécanisme pour que les PC sous Windows 10 non authentiques « deviennent authentiques » par l’intermédiaire du prochain Windows Store, peu importe qu’il s’agisse de copies achetées ou mises à jour ». Les détails de cette proposition notamment tarifaires seront dévoilés quelques jours avant le lancement officiel de Windows 10 prévu cet été.

A lire aussi :

Microsoft met au régime sec Windows 10 en espace disque
Quiz Silicon.fr – 10 questions sur Windows 10

Crédit Photo : Rosonic-Shutterstock

Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur