Windows Media Center v3: une dernière chance?

Régulations

Au c?ur de la stratégie grand public de Microsoft, Windows XP Media Center doit séduire pour concurrencer les solutions proposées par les opérateurs numériques et les industriels de l’électronique grand public. Mission impossible ?

Nous vivons une époque charnière, qui pourrait voir un tournant après des décennies de technologies informatiques dominantes. Une affirmation quelque peu polémique, voire péremptoire. Petit récapitulatif.

Au moment où l’industrie informatique cherche à migrer une partie de sa production vers le grand public, à l’heure où se multiplient les vitrine technologiques de la ‘maison numérique’, où la convergence entre informatique, communications et électronique grand public prend forme, de grands mouvements stratégiques pourraient bien s’opérer. Avec une perspective: le tassement du gigantesque marché de l’informatique personnelle et familiale ! Assertion gratuite? Il y a bien une réalité économique, car au final il n’y aura que deux vainqueurs : le consommateur qui communiquera et alimentera à partir d’un seul poste ses périphériques dispersés dans la maison, réunissant télévision, cinéma, enregistreur, album photos, Internet et communication ; et l’industriel qui saura réunir simplement cet ensemble pour récupérer mieux que sa mise ! Pour certains industriels informatiques, le chemin est tout tracé, et beaucoup d’acteurs s’y engagent : développer des produits à destination du marché grand public, des composants pour la télévision numérique, la téléphonie, le Wi-Fi, etc. Le marché est gigantesque et la convergence ouvre une porte industrielle jusqu’ici réservée à quelques privilégiés! Pour les géants de l’électronique grand public, les Sony, Toshiba, Matsushita, Philips ou Thomson, cette évolution est imposée par le marché, mais il s’agit de conserver la maîtrise de la production et d’imposer des choix technologiques, comme le rappelle la course à laquelle se livrent Sony avec le Blu-ray et Toshiba avec le DVD-HD. Et un autre volet de ce marché apparaît: la téléphonie sur IP, avec des opérateurs qui maîtrisent l’architecture de communication et les terminaux, et proposent dès aujourd’hui, à un prix imbattable de l’ordre de 100 euros, des solutions complètes associant Internet haut débit, téléphonie, télévision et réseau sans fil ! La position de Microsoft? Certes, il reste une place pour le premier éditeur mondial. Qui dit convergence dit système d’exploitation et applications, en particulier pour animer le c?ur des processus de diffusion numérique, et afficher les informations, données et contenu. Mais dans cette perspective, Microsoft affronte une situation nouvelle? L’éditeur se retrouve dos au mur, presque contraint à repartir de zéro, à relancer ses accords industriels, à se forger une nouvelle image. Car nous ne sommes qu’au début d’un marché nouveau, même s’il repose sur des technologies confirmées, marché auquel manquent encore des standards ! Et la concurrence est d’autant plus rude qu’elle voit s’affronter des technologies différentes, et des acteurs d’origines différentes, avec des modèles économiques qui parfois s’opposent. Et c’est là le dilemme qu’affronte Microsoft, car lorsque l’on évoque l’informatique, le système d’exploitation est un passage obligé pour accéder à la technologie, ce qui a assuré son succès. Mais sur le ‘digital home’, les règles du jeu sont chamboulées, et des alternatives technologiques et économiques existent. D’autant plus que ces dernières peuvent s’appuyer sur l’équipement des ménages. Prenons la France en exemple : 40% des ménages français sont équipés d’un ordinateur, c’est bien, mais 95% d’un téléviseur, c’est mieux ! Et il y a un chiffre qui semble avoir échappé aux observateurs, c’est qu’à terme les français qui disposeront d’une connexion Interne haut débit seront plus nombreux que ceux qui disposent d’un ordinateur ! Le ‘digital home’ sans Windows? En effet, le ‘digital home’ pourrait se passer non pas des technologies informatiques, mais de l’ordinateur ! Et cette perspective change totalement la donne, car le système d’exploitation de Microsoft ne figure plus au c?ur du projet, et pourrait se voir relégué au rang des options. C’est tout un pan de la culture de Microsoft qui serait contourné! Au delà de Microsoft, les enjeux sont considérables pour l’industrie informatique elle-même. Oh, sans doute pas pour un Intel: il tente déjà de migrer – avec un certain succès encore à confirmer par la validation des standards qu’il a adoptés – vers l’électronique grand public. Sans doute pas non plus pour les IBM, HP ou Dell, qui maîtrisent l’informatique professionnelle, et qui depuis longtemps ont senti le vent tourner et soit investissent les services, soit cèdent aux sirènes de la télévision HD ou du baladeur numérique; leur puissance industrielle les préserve. En revanche, l’émergence des produits de convergence va induire l’obsolescence du parc informatique familial. En effet, l’exemple des produits ‘digital home’ signés Kenwood, découverts dans la Maison Numérique Sans Fil est significatif : le fabricant japonais met du Wi-Fi dans ses amplis ou ses lecteurs DVD? En quoi est-ce stratégique ? Parce que le centre de technologie numérique se déplace, et pourrait quitter le PC pour rejoindre le téléviseur, l’ampli, ou mieux une centrale multimédia de salon. Et là, les industriels de l’électronique grand public disposent de deux atouts: la simplicité de leurs produits ? quelques boutons en façade et une télécommande ? mais aussi d’un réseau de distribution construit, en particulier contrôlé par la grande distribution, et qui échaudé par la complexité des ordinateurs, ne demande qu’à les remplacer par ces produits convergents qui s’annoncent. Toute l’industrie derrière? Pour Microsoft, cette version 3 de Windows XP Media Center est au c?ur de sa stratégie grand public – ce public qui sans doute lui reste le plus fidèle, au-delà de toutes les dérives – et, selon certains analystes, ce pourrait être la dernière chance pour l’éditeur de s’imposer sur ce gigantesque marché. Car les choses vont vite, très vite ! (voir encadré) Il pourra compter pour cela sur l’appui d’une partie de l’industrie informatique, qui mise gros sur ce marché et a économiquement besoin des perspectives de renouvellement du matériel que Microsoft leur apporte sur un plateau. Une partie seulement, car pour le moment les standards manquent ou tardent à s’imposer, et la montre joue en faveur de l’industrie de l’électronique grand public. Mais surtout, un regard vers l’Asie est particulièrement édifiant: certains acteurs pourraient (et ils le sont) être tentés de se tourner vers des solutions alternatives, de type Linux, afin de s’affranchir de la position jusque là incontournable, de Microsoft et de ses licences ! Un succès très mitigé

Les deux premières versions du media Center n’ont pas convaincu. Selon le cabinenet IDC, cet OS n’équipe que 3% des PC et sur les 177 millions de PC vendus cette année, Media Center ne devrait être pésent que 550.000 machines.

L’édition 2005 apporte son lot de nouveautés: gestion de plusieurs tuners TV, capables d’enregistrer jusqu’à trois émissuions de télé en direct. Un terrain où les fabricants de décodeurs numériques ont déjà pris pas mal d’avance. Le système accessible d’une télécommande unique, permettra par ailelurs de télécharger légalement de la musique venant de tous les grands labels ainsi que de 3.000 labels indépendants, a indiqué la compagnie.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur