ZTE vend plus de téléphones mobiles que RIM de BlackBerry

CloudOS mobilesSmartphones

Au deuxième trimestre, la progression du marché des terminaux mobiles profite essentiellement à Apple, ZTE, Samsung, HTC et Huawei. Android confirme sa position de leader sur l’offre smartphone. Windows Phone ne décolle pas.

Ce deuxième trimestre 2011 risque de s’inscrire comme un sérieux tournant pour RIM (Research in Motion). Le constructeur canadien est confronté à une crise sans précédent où il peine à trouver sa place face à l’attraction (irrationnelle dirons certains) de l’iPhone et la montée en puissance d’Android au point que les plus hautes têtes ont frôlé la guillotine. Une crise qui se reflète dans ses résultats.

RIM : les ventes progressent, la part de marché baisse
Entre avril et juin 2011, RIM a vendu près de 12,7 millions de BlackBerry, rapporte le Gartner. Soit une hausse de 8 % par rapport aux 11,6 millions d’unités vendues à la même période un an plus tôt mais bien inférieure aux 16,5 % de progression moyenne du marché. De plus, sa part régresse en passant de 3,2 % en 2010 à 3 % aujourd’hui. Humiliation suprême, le géant canadien passe derrière le chinois ZTE dont les ventes doublent en passant de 6,7 millions à 13 millions (3 % du marché également). Et les choses pourraient empirer lors des prochains trimestres alors que RIM envisage de basculer ses terminaux sous environnement QNX (qui équipe la tablette PlayBook) aux dépens de BlackBerry 7.

Apple sera-t-il la prochaine cible de ZTE? L’objectif paraît ambitieux. Si le constructeur asiatique n’est qu’à un peu plus des 6 millions d’unités des 19,6 millions d’iPhone vendus sur la période, la progression de Cupertino est plus impressionnante encore que celle de son homologue chinois. Apple affiche une hausse de 124 % (8,7 millions de terminaux en 2010). Ce qui permet à la firme de Steve Jobs de revendiquer 4,6 % du marché mondial contre 2,4 % il y a un an.

Nokia se maintient devant Samsung
Tout ce beau monde reste derrière les plus gros vendeurs de téléphones que sont Nokia (97,8 millions d’unités), Samsung (69,8 millions) et LG (24,4 millions). Et dont toute la difficulté pour ces leaders est de conserver leur position. Mission impossible vraisemblablement. Les trois entreprises voient toutes les trois leurs part de marché baisser à 22,8 % (contre 30,3 % en 2010) pour Nokia, 16,3 % (contre 17,6 % précédemment) pour Samsung et 5,7 % (contre 8 %) pour LG. Dans l’histoire, seul Samsung augmente le nombre de ses ventes annuelles qui passent de 65,3 millions en 2010 à 69,8 millions en 2011. Merci le Galaxy S II (5 millions d’exemplaires vendus fin juillet).

HTC (11 millions d’exemplaires, soit plus du double de 2010), Motorola (10,2 millions), Huawei (9 millions) et Sony-Ericsson (7,2 millions contre 11 millions précédemment) ferment le classement. Un classement qui, rappelons-le, porte sur l’ensemble du marché des téléphones mobiles. Le seul secteur des smartphones permettrait de retrouver Apple en tête devant Samsung. La vente de smartphone explose de 74 % sur la période. Désormais, un téléphone vendu sur quatre est un smartphone (25 % des ventes contre 17 % au deuxième trimestre 2010).

Android sur 43% des smartphones
A ce petit jeu, Android est le grand gagnant des plates-formes mobiles. L’OS de Google équipe 43,4 % des smartphones commercialisés au cours du trimestre (contre 17,2 % en 2010). Soit quelques 46,8 millions d’unités. Si Symbian (Nokia) vend 23,8 millions de smartphones, il n’occupe plus que 22,1 % du marché contre… près de 41 % un an auparavant. L’iOS d’Apple progresse de 4 points (de 14,1 à 18,2 % du marché) quand BlackBerry régresse (de 18,7 % à 11,7 %). A noter que Bada a franchi les 2 millions de smartphones équipés sur la période. Ce qui permet à l’OS mobile propriétaire de Samsung de frôler les 2 % du marché. Ce qui peut paraître modeste mais toujours mieux que le très médiatisé Windows Phone 7 qui peine à dépasser les 1,7 millions de «winphone» vendus. Soit un petit 1,6 % du marché. Il y a un an, Microsoft équipait près de 5 % des smartphones avec Windows Mobile.

Si le deuxième trimestre 2011 s’affiche globalement comme un bon cru pour l’industrie mobile, le beau temps risque de ne pas durer. Le Gartner prédit une croissance moyenne de 12 % sur l’ensemble de l’année 2011. Il faut donc s’attendre à des régressions lors des prochains trimestres. « Nous nous attendons à ce que les fabricants et distributeurs restent prudents sur la gestion de leurs stocks dans la seconde moitié de 2011, suite à la récente incertitude [qui se profile] sur les marchés financiers mondiaux », conclut Annette Zimmermann, analyste principale au Gartner.

Classement Gartner des constructeurs de téléphone mobile au 2e trimestre 2011
Apple affiche la plus forte progression annuelle parmi les vendeurs de téléphones mobiles, selon le Gartner.

Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur