Philippe Desmaison

Avis d’expert : « Open source : pourquoi les entreprises ne jureront plus que par OpenStack ? »

L’enthousiasme des entreprises suscité par l’adoption massive de l’IaaS OpenStack répond-il vraiment à leurs besoins ? Oui, répond Philippe Desmaison, Technical Manager chez SUSE. Il en explique les raisons.

Il y a trois ans, la NASA, Rackspace et des développeurs inauguraient OpenStack, un projet open source proposant une approche collaborative du cloud computing. Fort d’un taux d’adoption très rapide, y compris au sein de grands groupes, le projet est en passe d’accaparer une très large part de marché.

OpenStack, qui en est à sa septième version, compte aujourd’hui plus de 200 entreprises contributrices, dont notamment SUSE et sa communauté de près de 10 000 membres. Considéré comme le « nouveau Linux », OpenStack gagne chaque jour de plus en plus d’adeptes, et notamment en France. A ce rythme, OpenStack devrait atteindre d’ici cinq ans la même masse critique que la distribution Linux 158.

Un engouement très encourageant, qui soulève néanmoins certaines questions : l’enthousiasme que soulève OpenStack représente-t-il bien une réalité dans les entreprises ? L’effervescence se traduira-t-elle obligatoirement par une hausse de l’adoption d’OpenStack?

Des questions auxquelles je réponds par l’affirmative, les éléments penchant en faveur d’une prochaine domination d’OpenStack en entreprise étant inéluctables :

Variété

Les environnements informatiques des entreprises sont aujourd’hui complexes, tant au niveau des infrastructures physiques que virtuelles, dans la mesure où aucun fournisseur de logiciels n’a l’exclusivité. Plus l’entreprise est grande et plus il y a de briques différentes au cœur de l’infrastructure ; c’est notamment le cas des hyperviseurs.

Jusqu’à présent, la plupart des entreprises se sont contentées d’utiliser un seul hyperviseur. Mais avec l’émergence d’alternatives open source telles que KVM et Xen, capables de gérer des charges de travail critiques, les clients s’intéressent désormais aux environnements d’hyperviseurs mixtes qui leur permettent d’optimiser les coûts et les performances. OpenStack est la seule plateforme cloud à prendre en charge les principaux hyperviseurs du marché ; elle permet de construire des clouds mixtes pouvant être gérés via une plateforme centrale tout en acceptant une grande variété de charges de travail et en réduisant les coûts de licence.

Aussi longtemps que les infrastructures informatiques gagneront en hétérogénéité, les entreprises chercheront des solutions cloud capables de gérer cette diversité.

Proximité

Linux a mis du temps à s’implanter dans les entreprises. Avec l’évolution de la technologie et l’amélioration du niveau de support assuré par les différents contributeurs, les sujets de discussion autour de Linux sont aujourd’hui portés tant sur « la culture Linux » que sur la qualité même de la technologie.

En embrassant cette culture, les entreprises montrent qu’elles n’hésitent désormais plus à déployer des solutions open source. Elles peuvent s’inspirer de l’intégration de ces solutions dans les superordinateurs les plus puissants du monde (Titan) ou les plus connus (IBM Watson), qui illustrent très bien le traitement des tâches informatiques les plus complexes avec l’impératif d’une disponibilité continue.

Le succès rencontré par Linux a profité directement à OpenStack, qui est aujourd’hui adopté par les entreprises à un rythme nettement plus soutenu que ses prédécesseurs.

Gouvernance

Les logiciels open source pâtissent de leur principe même, à savoir l’absence d’un unique créateur propriétaire pour chaque distribution, ce qui peut être source de divergences. Une caractéristique qui est justement, à mon sens, l’un des atouts de ces solutions, à condition d’adopter des principes de gouvernance transparents et matures pour gérer efficacement des projets OpenStack.

L’OpenStack Foundation a été créée dans le but d’aider OpenStack à satisfaire différents pré-requis, en l’absence d’un interlocuteur unique côté fournisseur. Avec deux principaux avantages : l’innovation technique est stimulée, dopant à son tour l’adoption de la solution. Et les clients ont le choix entre différentes options lorsqu’il s’agit de déployer un cloud basé sur OpenStack, ce qui leur évite d’opter directement pour la version la plus complexe en remplacement d’un logiciel propriétaire.

Les projets open source pourront toujours compter sur l’adage selon lequel « l’union fait la force ». La communauté toute entière et les appuis financiers dont bénéficie OpenStack participent à son succès ; grâce à eux, la distribution va conquérir le monde de l’entreprise. La dimension pratique pèse lourd en informatique, aussi l’attrait que suscite OpenStack sur le plan technologique en fait le champion inégalé des déploiements de cloud en entreprise.


Voir aussi

Silicon.fr étend son site dédié à l’emploi IT
Silicon.fr en direct sur les smartphones et tablettes

Cloud : Accélérateur de Business

Tout savoir sur les atouts Cloud pour la DSI !
Accédez au site Cloud : Accélérateur de Business et découvrez les dossiers et articles dédiés au Cloud, visualisez les vidéos interviews et témoignages clients et téléchargez gratuitement les études et livres blancs.

Derniers commentaires




0 replies to Avis d’expert : « Open source : pourquoi les entreprises ne jureront plus que par OpenStack ? »

Laisser un commentaire

  • Les champs obligatoires sont indiqués avec *,
    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

X
Connexion S'enregistrer

Connectez-vous pour accéder à tout notre contenu.
Si vous n'avez pas encore de compte,
S'enregistrer GRATUITEMENT

perdu ?
Connexion S'enregistrer

Enregistrez-vous gratuitement pour avoir un accès illimité à tout notre contenu.

Vérifiez votre email

Merci de votre enregistrement. Nous venons de vous envoyer un email contenant un lien pour confirmer votre adresse.
(si vous ne recevez pas l'email dans quelques minutes, vérifiez votre boîte spam).

Oh, vous avez perdu votre mot de passe ?

Pour recevoir votre mot de passe, entrez l'adresse email utilisée pour vous inscrire.

Ou essayer de vous connecter à nouveau.