Göran Marby va prendre les rênes de l’ICANN

GouvernanceRégulations
1 8 Donnez votre avis

L’organisme en charge de la gestion des noms de domaine s’est choisi Göran Marby comme nouveau dirigeant. Il aura pour mission de superviser le transfert des pouvoirs des Etats-Unis vers l’ICANN.

En mai dernier, Fadi Chehadé, président de l’ICANN depuis 2012, annonçait à la surprise générale qu’il quittait ses fonctions en mars 2016, alors que son mandat se terminait le 30 juin 2017. Le board de l’ICANN s’était donné 10 mois pour rechercher la perle rare pour assurer la transition dans les meilleures conditions.

Ce choix vient d’être rendu public avec la nomination de Göran Marby comme président de l’ICANN. Il prendra ses fonctions en mai prochain. D’ici là, Akram Atallah, président de la division des domaines internationaux de l’ICANN, exercera par intérim les fonctions de CEO de l’organisme.

Un polyvalent pour une gestion multi partite

Göran Marby est actuellement le directeur général du PTS, régulateur des postes et des télécoms suédois. Il a été nommé à ce poste depuis 2009 et reconduit en 2015 pour un mandat de trois ans. Auparavant, il a occupé plusieurs fonctions au sein de sociétés comme TeliaSonera, Cisco ou Dextel Findata. Il a également fondé une société, AppGate, spécialisée dans la sécurité informatique. Un passé qui devrait lui servir pour discuter aussi bien avec les autorités américaines qu’avec les géants du Web et les pays non alignés.

Et d’esprit de synthèse, il en aura besoin face aux différentes missions qui seront les siennes. Parmi les plus importantes, il y a le transfert de IANA (autorité de gestion technique des noms de domaine) à l’ICANN. Historiquement cette autorité est sous tutelle américaine et après plusieurs années de diplomatie, les Etats-Unis ont accepté l’idée d’une gouvernance plus large. Il reste que cette gouvernance multipartite non-gouvernementale va avoir besoin d’un pilote. Göran Marby a déjà vanté les mérites d’une telle solution à l’AFP. « Le modèle pluripartite a prouvé sa force. Il est important pour moi de continuer cette évolution. C’est la manière d’aller de l’avant maintenant. »

A lire aussi :

Les États-Unis prolongent leur mainmise sur l’Icann jusqu’en 2016… au moins

Internationalisation de l’Icann : pour Axelle Lemaire, rien n’est perdu


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur