Le français Qwant se renforce face à Google avec la Caisse des dépôts

AppsMobilitéNavigateursPoste de travail

La Caisse des dépôts injecte 15 millions d’euros dans le moteur de recherche français Qwant qui conserve le soutien de l’allemand Axel Springer.

Quatre ans après sa création, le moteur de recherche français Qwant vient d’annoncer une nouvelle levée de fonds de 18,5 millions d’euros. L’essentiel, 15 millions d’euros, est apporté par la direction des Investissements et du Développement local de la Caisse des Dépôts (CDC). Axel Springer boucle le tour de table avec 3,5 millions d’euros. Le groupe de presse allemand avait précédemment injecté plusieurs millions d’euros dans Qwant en juin 2014 contre 20% du capital de Qwant. Entretemps, la Banque européenne d’investissement avait apporté un soutien financier à hauteur de 25 millions d’euros en octobre 2015.

« Les fondateurs de Qwant (Eric Léandri, Jean-Manuel Rozan, Alberto Chalon et la société Pertimm, ndlr) participent également à cette levée de fonds et demeurent actionnaires majoritaires », précise le communiqué. Mais, désormais, la CDC et Axel Springer ont des niveaux équivalents dans le capital : 20%.

Développement européen

Cet investissement stratégique permettra le développement en Europe du moteur de recherche alternatif, sachant que l’axe France-Allemagne avait été initialement considérée comme une priorité. Objectifs : atteindre une masse critique d’utilisateurs, notamment en Espagne, Italie et Pologne.

Reste qu’il faudra convaincre les internautes pour les sortir de l’emprise de Google. Pour cela, Qwant joue sur la protection de la vie privée de ses utilisateurs en prenant en compte le respect du « principe de loyauté à l’égard de l’écosystème numérique » et de « la neutralité » dans l’affichage des résultats. Une manière de se démarquer du groupe Internet américain devenu expert dans l’exploitation commerciale et publicitaire du gisement de données (personnelles) des internautes.

2,6 milliards de requêtes par an

Actuellement, le moteur Qwant revendique un volume de requêtes de 2,6 milliards sur l’année 2016 avec un nombre de visites « qui double » chaque année. Mais il faut relativiser l’impact : c’est le volume de requêtes que Google enregistre en une demi-journée, rappelle Les Echos. Qwant joue aussi la carte de l’innovation avec des déclinaisons thématiques comme Qwant Junior pour les enfants ou Qwant Music pour les mélomanes.

La semaine dernière, la société, installée entre Paris, Rouen et Nice, avait dévoilé l’application mobile pour Android et iOS. Sachant qu’elle avait développé des liens forts avec le navigateur Internet Firefox de la Fondation Mozilla (sous forme d’une extension et d’un « browser optimisé »). D’autres services devraient suivre. Comme la cartographie. Fort de cette nouvelle manne financière, Qwant devrait voir ses effectifs passer de 100 à 200 personnes d’ici la fin de l’année, rapporte ITespresso.fr.


Lire également
Le moteur de recherche français Qwant part à l’assaut de Google
+600 % de trafic pour DuckDuckGo : merci la NSA !
Bounty Factory : la recherche de bugs made in Europe est née

Crédit photo : @CaissedesDepots

Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur