Numa : un nouvel incubateur pour les start-up parisiennes

Régulations
7 8 1 commentaire

« Numa », une nouvelle place forte dédiée au rassemblement et à la croissance de jeunes pousses du numérique a été inaugurée à Paris. Cet espace rassemblant La Cantine et Le Camping, doit héberger à terme plus de 200 start-up.

« Numa », nouvel espace dédié à l’innovation et au numérique sis au 39 rue du Caire à Paris, a été officiellement inauguré jeudi 14 novembre à l’invitation de l’association Silicon Sentier, initiatrice du projet. Plusieurs milliers de personnes ont participé à l’événement.

Installé dans le quartier du Sentier, dans le 2e arrondissement de la capitale, cet espace de 1500 mètres carrés sur six étages propose différents espaces de rencontre aux porteurs de projet : un accueil « ouvert » avec WiFi et bar, un espace de travail partagé (La Cantine) lancé en 2008 rue Montmartre, une zone d’expérimentations (Schoolab) porté par le dispositif CPi associant Centrale Paris, Essec et Strate Collège, un accélérateur de start-up (Le Camping), une terrasse dédiée aux événements et, enfin, un espace de création.

Un budget de 2,4 millions d’euros par an

L’objectif de Numa consiste à favoriser les synergies et accompagner le développement de jeunes pousses capables de s’ouvrir à l’international, en rassemblant sur une même plateforme étendue des structures existantes, dont La Cantine et Le Camping respectivement lancés en 2008 et 2011 par Silicon Sentier.

« L’objectif, c’est de lutter dans la compétition internationale pour le numérique, de créer de nouveaux Criteo », a indiqué au journal Le Monde Elise Nebout, responsable du Camping. La Ville de Paris, de son côté, veut « attirer les start-up étrangères » et gagner en attractivité.

La capitale et la Région Ile-de-France ont notamment financé les travaux d’installation du Numa, travaux qui ont coûté 2 millions d’euros. Pour boucler le budget de fonctionnement du Numa estimé à 2,4 millions d’euros par an, Silicon Sentier table notamment sur le soutien de grandes entreprises partenaires, dont Orange, Google et BNP Paribas.

D’autres incubateurs à Paris

Numa, qui doit héberger plus de 200 jeunes pousses, constitue l’un des nombreux points de rassemblement des start-up parisiennes. En effet, Paris dispose de pépinières d’entreprises et abrite une douzaine d’incubateurs regroupant plus de 400 start-up (tous secteurs confondus). Par ailleurs, d’ici 2014, 100 000 m2 d’incubateurs et de pépinières supplémentaires seront dédiés à l’accueil de jeunes entreprises innovantes (JEI).

De plus, Xavier Niel, fondateur de Free (Iliad), va financer à 90 % un projet d’incubateur géant à la Halle Freyssinet, dans le 13e arrondissement de Paris. Cet espace qui doit ouvrir en 2016-2017 devra accueillir jusqu’à 1000 jeunes pousses à terme et sera aussi financé à hauteur de 10 % par la Caisse des dépôts.

Pour la Ville de Paris, ces projets sont complémentaires et doivent lui permettre de concurrencer d’autres métropoles, comme la Tech City de Londres. « Les incubateurs se remplissent facilement », selon Jean-Louis Missika, adjoint à la mairie de Paris chargé de l’innovation.


Voir aussi
Silicon.fr en direct sur les smartphones et tablettes


Auteur : Ariane Beky
Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur