Opera Software accepte finalement une OPA a minima

NavigateursPoste de travailRégulations
1 3 Donnez votre avis

Opera Software ne sera pas vendu complètement à un consortium chinois. Loin des 1,2 milliard de dollars attendu, l’éditeur norvégien cède certains actifs pour 600 millions de dollars.

Opera Software rate le coche et chute en bourse. L’éditeur norvégien du navigateur web a annoncé l’échec de l’OPA menée par un consortium chinois. Cette offre avait été faite en mai dernier pour un montant de 1,24 milliard de dollars. Le consortium comprenant le fond Golden Brick Silk Road (Shenzhen) Equity Investment, accompagné des investisseurs Qihoo 360 Technology, Beijing Kunlun Tech, et Yonglian Investment souhaitait acquérir plus de 90% du capital de l’éditeur.

Ce soutien financier devait aider Opera Software à se développer à l’international et à trouver des nouveaux relais de croissance. Dans le communiqué, l’éditeur ne donne pas les raisons de l’échec de l’OPA en indiquant simplement que les conditions n’étaient pas réunies. La non-validation des autorités de régulation chinoises et américaines n’est pas intervenue dans les délais et expliquerait le capotage de l’opération.

Mais l’OPA n’est pas un coup d’épée dans l’eau. Opera Software a décidé de céder une partie de ses actifs pour la somme de 600 millions de dollars au même consortium. Une vente à la découpe qui concerne l’activité grand public, à savoir le navigateur mobile, le navigateur pour ordinateur stationnaire, certaines applications et licences, et une participation minoritaire dans une joint-venture chinoise. L’opération doit être bouclée au second semestre 2016. Le groupe norvégien conserve donc son activité professionnelle.

A lire aussi :

Opera, un VPN gratuit

Opera intègre un adblock natif


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur