SFR ouvre sa 4G ultra haut débit mobile à Brest

4GGestion des réseauxMobilitéOperateursRéseaux
2 1 Donnez votre avis

Dans les pas de Bouygues Telecom, SFR met son réseau 4G à niveau pour proposer des débits mobiles de plus de 300 Mbit/s.

L’ultra haut débit (UHD) mobile (ou la 4G++) arrive chez SFR. L’opérateur a annoncé la disponibilité du service dès aujourd’hui à Brest pour les clients, grand public et professionnels, dotés de terminaux compatibles. Une offre qui s’étendra à Clermont-Ferrand, Dijon, Montpellier et Nantes dans le courant de l’été et devrait couvrir une vingtaine de grandes villes à la fin de l’année.

L’UHD mobile permet de bénéficier d’un débit crête théorique de plus de 300 Mbit/s en réception (du réseau de l’opérateur vers le terminal utilisateur). De quoi télécharger une série de 10 épisodes en 2 minutes contre le triple en 4G « simple », selon SFR. Le service s’appuie sur le LTE-A (pour Advanced), une technologie qui permet d’agréger plusieurs fréquences pour profiter des capacités de chacune d’elles. En l’occurrence, SFR s’appuie sur ses bandes 800 MHz, 2600 MHz et désormais 1800 MHz qu’il a commencé à déployer à l’automne dernier et qu’il peut exploiter depuis le 25 mai. Au 1er mai, SFR comptait 37 sites 1800 MHz en service pour la 4G avec un potentiel de près de 2 800 autorisés par l’ANFR (Agence nationale des fréquences).

SFR rejoint Bouygues Telecom

L’agrégation des trois porteuses opérateurs (ou carrier agregation) lui confère une largeur de bande de plus de 45 MHz permettant donc d’atteindre, en théorie, une bande passante de 337,5 Mbit/s, (à raison de 75 Mbit/s par bloc de 10 MHz). En revanche, l’agrégation dans le sens montant (du terminal vers le réseau mobile) n’étant pas évoquée (faute de terminaux compatibles également), les débits restent cantonnés à 50 Mbit/s au mieux.

Après avoir été le premier opérateur à expérimenter la 4G+ (deux fréquences agrégées) en octobre 2013, SFR rejoint aujourd’hui Bouygues Telecom sur les offres mobiles très haut débit à plus de 300 Mbit/s (3CA) dont peuvent profiter, gracieusement, les clients équipés de terminaux compatibles (ceux dits de Catégorie LTE 6 et 9 dans la nomenclature de la 3GPP chargée des normes mobiles) dont le Samsung Galaxy S7 et S7 Edge. Fort de son réseau 1800 MHz dédié à la 4G depuis 2013, en plus de ses licences 800 et 2600 MHz acquises en 2011, la filiale télécom de Bouygues s’était lancée dans l’UHD mobile dès novembre 2015 sur Lyon.

Orange à la traine

Du côté d’Orange, c’est le silence radio sur le 3CA pour l’heure. L’opérateur dispose bien des mêmes trois bandes de fréquences disponibles pour la 4G que ses concurrents mais ne semble pas pressé d’exploiter le 1800 MHz pour le très haut débit. Sur les 162 sites 4G 1800 MHz autorisés, aucun n’était en service au 1er mai. Free, pour sa part, devra s’appuyer sur ses fréquences 700 MHz pour compenser l’absence de licence d’exploitation sur la bande des 800 MHz. A noter néanmoins que l’ensemble des opérateurs peuvent, depuis le 25 mai, exploiter les technologies mobiles (2G, 3G et 4G) indifféremment sur l’ensemble des fréquences. Encore faut-il disposer de spectre disponible en regard de l’utilisation des fréquences toujours en cours par les utilisateurs (tout le monde n’étant pas doté d’un terminal 4G ou même 3G).

Si la 4G++ ravira les clients de SFR avides de vitesse, les utilisateurs dotés d’un « simple » terminal LTE devraient aussi profiter de l’innovation. « Le déploiement de la 4G sur une nouvelle bande de fréquence supplémentaire (LTE 1800MHz) permet d’augmenter la capacité totale du réseau 4G et ainsi d’accroître les débits 4G qu’il offre », assure SFR. Tout le monde y gagne alors.


Lire également
Le très haut débit se porte bien chez SFR en avril
Bouygues Telecom franchit les 1 Gbit/s en 4G
Orange teste la 4G+ dans la bande des 3,5 GHz

crédit photo © Chuck Wagner – shutterstock

Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur