Télégrammes : Sunroof s’expose, Bezos se défend, Ara traîne, Wuala ferme

Big DataData & StockageMobilitéSmartphonesStockage
1 0 1 commentaire

Moins corrosifs que les émanations de l’explosion de Tianjin en Chine, voici nos télégrammes du soir.

  • Sunroof : le potentiel photovoltaïque des habitations selon Google. Google annonce le lancement du projet Sunroof, un outil en ligne permettant d’évaluer les économies potentielles qu’est susceptible de générer l’équipement d’un toit en panneaux solaires. La technologie, qui s’appuie sur le service Google Earth, est pour l’heure testée sur quelques zones aux Etats-Unis (la baie de San Francisco, Fresno – toujours en Californie – et la région de Boston). L’outil est assez évolué : il calcule la quantité de lumière que reçoit un toit (en fonction de l’orientation, de l’ombre d’autres bâtiments ou d’arbres et des conditions météo locales) et dresse un bilan économique d’une installation photovoltaïque à partir de la facture électrique que déclare l’utilisateur du service.
  • Esclavagisme moderne chez Amazon : Jeff Bezos appelle à dénoncer les coupables. Fait rarissime : un article du New York Times sur les conditions de travail chez Amazon a déclenché une réaction du patron de l’entreprise, Jeff Bezos. Dans un mail envoyé aux employés d’Amazon, qui a aussitôt été repris dans la presse, la 5ème fortune de la planète invite ses salariés à dénoncer – y compris en lui écrivant par mail – les auteurs des pratiques soulignées par l’article du quotidien américain. Des pratiques qu’il ne nie pas totalement mais qui, selon lui, ne reflètent pas le quotidien de son entreprise. Au-delà du caractère improbable de la proposition (imagine-t-il sérieusement un salarié malheureux lui écrire directement pour se plaindre de son chef ?), le mémo de Bezos souligne le malaise de la société après l’enquête au vitriol de nos confrères, qui affirment avoir interrogé plus de 100 anciens ou actuels salariés. Si les cadences infernales des employés chargés de la préparation des commandes chez le e-commerçant sont bien connues, la pression mise sur les cols blancs de l’entreprise était, elle, passé inaperçue jusqu’à cet article du quotidien américain.
  • Le smartphone modulaire Ara retardé. Il devait faire ses premiers pas avant la fin de l’année à Porto Rico. Les premiers tests du smartphone en kit imaginé par Google dans le projet Ara ont été repoussés à 2016, a annoncé l’initiateur du projet. Google rencontrerait plus de difficultés que prévu dans la mise au point de ce smartphone que l’utilisateur personnalise en assemblant des composants (mémoire, processeur, caméra…) à la manière d’un Lego. Google est notamment confronté au problème de coût d’un tel système, forcément plus élevé que son équivalent produit en série, à composants équivalents. Par ailleurs, la nature modulaire des composants aurait un impact plus important que prévu sur l’autonomie de la batterie.
  • Le Cloud de Wuala ferme ses portes. Voila, c’est fini ! Wuala, le service de stockage dans le Cloud à la sauce peer-to-peer, ferme ses portes. « A partir d’aujourd’hui, vous ne serez plus en mesure d’acheter de l’espace de stockage ou de renouveler votre compte », annonce le support du service sur son blog. Le service sera pleinement fonctionnel jusqu’au 15 septembre prochain pour les clients actuels. A partir de cette date, ils ne pourront plus rien sauvegarder. Le 15 novembre, le service sera définitivement inopérant. Wuala invite ses utilisateurs à télécharger leurs contenus avant cette échéance. L’entreprise va jusqu’à recommander les services de Tresorit, une autre start-up du stockage en ligne, au sein de laquelle les contenus pourront être transférés. Wuala avait été racheté en 2009 par LaCie au suisse Caleido.
Crédit Photo : Juefraphoto-Shutterstock

Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur