Plus de 500 informaticiens de Crédit Agricole en grève

Régulations

Plusieurs centaines d’informaticiens de Crédit Agricole, selon les syndicats, se sont rassemblés sur les 17 sites informatiques du groupe. Ils craignent que la mutualisation de la production IT et la convergence entre LCL et Nice, l’informatique commune des Caisses régionales, ne se traduisent par une réduction des effectifs.

Plusieurs centaines de salariés de Crédit Agricole Technologies (CAT) et Crédit Agricole Services (CAS), respectivement maître d’œuvre et maître d’ouvrage du projet Nice, le système d’information commun des Caisses régionales, sont en grève ce mardi. Le groupe mutualiste bancaire, qui a récemment dévoilé son plan 2014-2016, veut optimiser ses coûts et accélérer la mutualisation IT. Les informaticiens du groupe craignent, au mieux, une surcharge de travail sans contrepartie, au pire, des suppressions de postes. Ils exigent des engagements.

Plus de 40% d’informaticiens en grève

Après une première rencontre infructueuse, le 28 mars dernier, entre les syndicats et la direction, plus de 500 personnes, soit plus 40% de l’effectif IT, ont participé, dès 9h30 ce matin, aux rassemblements prévus sur les 17 sites informatiques du groupe, selon les syndicats. « Voila quatre ans que les salariés sont oubliés dans le cadre du projet Nice, pour lequel seules comptaient les migrations et la V2 ! Les migrations sont finies, rien ne change », commente l’intersyndicale (CFDT, CFTC, SNECA, SNIACAM, SUD CATS).

« Les informaticiens exigent les moyens nécessaires à leur mission », déclarent les syndicats. Ils s’inquiètent du non remplacement de postes vacants, mais aussi des options d’externalisation IT qui seraient envisagées par Crédit Agricole S.A., l’entité cotée du groupe. « Les effectifs sont insuffisants pour gérer 40 productions informatiques : le moindre incident devient critique et le manque d’organisation conduit à ce qu’un projet qui se faisait en 50 jours dans les ex-groupements d’intérêt économique (GIE) se fait en 100 jours maintenant », poursuit l’intersydicale (ndlr : CAT et CAS sont le fruit de la fusion, annoncée dès 2009, de cinq GIE dédiés à l’informatique au sein du groupe bancaire).

Les informaticiens de Crédit Agricole veulent en savoir plus sur leur avenir au sein du groupe, « obtenir une reconnaissance de trois ans d’efforts au service du plus grand projet informatique européen (Nice) » et constater une amélioration de leur condition de travail. Du côté de la direction, on assure « qu’une commission d’observation des conditions de travail est en place ».

Une réunion de négociation annuelle est prévue jeudi prochain.

crédit photo © satori – Fotolia.com


En complément :

Les informaticiens de Crédit Agricole mobilisés contre le plan 2014-2016 de la banque


Auteur : Ariane Beky
Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur