Accès Internet: vers une augmentation des prix de 5 euros?

Réseaux

Selon Xavier Niel, le patron de Free, les prix du triple play vont augmenter en fin d’année. En cause : les taxes d’Etat et… l’UFC-Que choisir.

« Il y a un risque d’augmentation du prix du triple play […] de l’ordre de 5 euros d’ici la fin de l’année. » C’est visiblement remonté que Xavier Niel a lâché cette bombe à l’occasion de la conférence de présentation des résultats annuels du groupe. Le patron d’Iliad/Free n’hésite pas à pointer deux responsables : les taxes étatiques et… l’UFC Que choisir.

« Entre les taxes de l’Etat et les demandes incohérentes de l’UFC, les prix du marché référentiel vont augmenter », estime le dirigeant. Une association de consommateurs, plutôt prompte à défendre le pouvoir d’achat et, donc, la chasse aux prix élevés, qui risque de créer l’effet inverse de celui recherché ? Xavier Niel n’en doute pas un instant. Par exemple: « L’UFC nationale exige que les abonnés reçoivent leur facture papier alors que la majorité des abonnés n’en veulent pas [et se contente de la version électronique, NDLR] », soutient-il après avoir ironisé sur les milliers d’arbres abattus pour fabriquer le papier et les tonnes de CO2 dégagé pour distribuer par voie postale le courrier.

Il est vrai que les relations entre Free et l’UFC ont souvent été tendues. Elles se sont considérablement dégradées ces derniers temps au point que la multiplication des litiges a poussé le tribunal de grande instance (TGI) de Paris a nommer un médiateur pour tenter de trouver une issue globale à l’amiable.

Aux yeux de Xavier Niel, que le sujet irrite particulièrement (contrastant d’autant avec la bonne humeur qui le caractérise habituellement lors de ses rencontres avec la presse), Free n’entre pas dans le cadre des entreprises « utiles » à la bonne marche de l’association de consommateurs. « L’UFC préfère les entreprises qui ne bouleversent pas le marché. » Ou encore, « l’existence de l’UFC se justifie que si l’entreprise affiche des tarifs trop élevés ».

Autrement dit, c’est parce que l’UFC n’aurait rien à reprocher à Free – « trop consumériste » – que l’association l’attaque régulièrement… Une analyse que les responsables et adhérents de l’UFC apprécieront surement… En attendant l’arrivée de ce déplaisant pronostic qu’il conviendra de vérifier en fin d’année, « je n’ai pas dit que Free allait augmenter ses tarifs », a tenu a préciser Xavier Niel.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur