Afnic : bilan positif pour le « .fr » des pros et particuliers

Régulations

Profitant de sa rencontre annuelle avec la presse, l’Association française pour le nommage Internet en coopération dresse le bilan de l’exploitation du domaine national. Selon l’association à but non lucratif : « 32.000 nouveaux noms sont créés par mois en France »

Où en est le ‘.fr’ ? Si l’on observe la composition des noms de domaines, les URL les plus utilisées comprennent au moins 8 caractères à titre de comparaison le .com est à 10 ou 11 caractères. 30% des 4.000 mots les plus fréquents sont libres, 23% des communes disposent d’un.fr sur environ 36.000.

Côté usage professionnel, 60% des 1.500 premières entreprises de l’Hexagone ont un .fr, et 100% des groupes du CAC 40 ont déposé un nom de domaine en .fr.

Les termes génériques les plus utilisés sont dans l’ordre : « France », « Mairie », « Immobilier », « Ville », « Paris ». Une information qui semble prouver que la capitale parisienne et la région Ile-de-France, tirent la structure des noms de domaines vers le haut.

L’âge moyen des titulaires de site en .fr est de 48 ans. Les 18-34 ans représentent: 45% des noms de domaine, 35-40 ans 38%, au-delà de 50 ans, ils ne représentent que 20% des dépôts.

Seulement 1,4% des titulaires sont situés à l’étranger.Toutefois, attention: précisons que ce chiffre ne concerne que les personnes morales.

En ce qui concerne le marché des « bureaux d’enregistrement », le territoire totalise 979 bureaux (et 120 à l’étranger, surtout en Europe.) Selon Mathieu Weill, directeur général de l’Afnic,« on assiste à un début de concentration sur le marché des bureaux d’enregistrementset à un changement de statut des petits bureaux qui deviennent des revendeurs grossistes de domaines. »

Précisons qu’il existe une certaine inégalité dans la répartition des bureaux d’enregistrements. Car 10 départements français sont dépourvus de bureau.

S’agissant des tarifs appliqués par les bureaux d’enregistrement, il n’y a pas de véritable changement. Le dépôt s’accompagne en général d’un hébergement associé, dans 75% des cas, le prix varie de 6 à 110 euros.

Une variation qui s’explique par la très grande diversité du marché. Le premier prix étant celui destiné aux particuliers. Pour les PME et les entreprises, l’enregistrement s’accompagne de services plus évolués.

En 2007, 25.626 serveurs DNS gèrent les domaines en .fr. En moyenne, il y a 2,17 serveurs pour chaque nom. 86% des noms sont sur deux serveurs. 0,7% sont hébergés sur plus de quatre serveurs. Il y a donc là aussi un phénomène de concentration des noms sur certains serveurs. 17% des serveurs gèrent plus de dix noms.

L’usage du .fr semble séduire les professionnels

Sur 1.000 sites .fr, 46% sont des sites professionnels, 5% des sites personnels. 17% sont des pages d’attente, c’est-à-dire non exploitées. 6% des pages sont parquées. 79% des noms en .fr sont conservés dans l’URL affichée et 21 % des noms sont redirigés vers des URL. Une situation très proche de celle du .eu.

Les secteurs qui utilisent le plus le .fr sont l’informatique, le conseil, la beauté et les services à la personne. Contrairement au .com, seulement 0,8 % des sites en .fr sont des sites pornographiques.

« L’usage du .fr est réel, la structure du marché permet le jeu de la concurrence et le .fr profite d’une image positive associée à la francophonie et à la liberté d’expression. D’ici 1 ou 2 ans, de nouvelles extensions vont apparaître, des extensions dites génériques par exemple le .paris, ou le .bzh (Bretagne). »


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur