Apple accuse Amazon de lui voler son App Store

CloudMobilité

Apple refuse à Amazon le droit d’utiliser le terme ‘App Store’ pour qualifier sa plate-forme d’applications mobiles en ligne. Un moyen de freiner un concurrent innovant?

Attendue depuis septembre 2010 et en partie dévoilée au mois de janvier, la boutique dématérialisée d’application du géant Amazon est officiellement ouverte depuis ce mardi matin, 22 mars, et devrait se poser en concurrente sérieuse de l’Android Market de Google. Disponible sur internet et via une application mobile, l’Amazon Android App Store offre plusieurs atouts face à son concurrent en plus de ses 3.800 applications disponibles, rapporte ITespresso.fr.

Il est ainsi possibilité de tester toutes les applications depuis son navigateur Internet. Evidemment la jouabilité ne sera pas la même qu’avec un terminal mobile qui dispose d’un accéléromètre mais c’est un bon moyen de ne pas être déçu de ses achats.

Par ailleurs, le store d’Amazon proposera une application gratuite par jour. Le géant américain espère ainsi inciter les consommateurs à revenir chaque jour. D’autre part contrairement à l’Androïd Market, l’App Store d’Amazon ne sera pas ouvert à tous les développeurs, afin de privilégier la qualité plutôt que la quantité, mais peut être également d’éviter les malwares.

Enfin, Amazon s’est offert une belle exclusivité pour son démarrage, puisqu’il va proposer Angry Birds Rio, le dernier opus du désormais très célèbre jeu sur terminal mobile. Il sera disponible un peu plus tard pour les appareils sous iOS.

Mais ce lancement s’accompagne également d’une poursuite juridique. Bloomberg rapporte en effet que le 18 mars dernier Apple a déposé une plainte auprès d’une cour fédérale de Californie. La firme de Cupertino reproche à Amazon l’utilisation du terme ‘App Store’, dont elle détient la propriété intellectuelle depuis 2008. Elle accuse donc la firme de Jeff Bezos de contrefaçon de marque et de concurrence déloyale. Apple demande désormais à la justice américaine des dommages et intérêts mais aussi l’interdiction de l’utilisation de ce terme car il pourrait induire en erreur les consommateurs.

En janvier dernier, c’est Microsoft qui avait déjà déposé un recours pour demander l’autorisation d’exploiter le terme App Store par tout le monde. La guerre des ‘App Store’ se déplacerait-elle sur le champs sémantique?


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur