Bourse : alerte sur Coca-Cola, le marché tousse

Cloud

Lorsqu’une valeur comme Coca Cola lance un ‘profit warning’, les places boursières s’étouffent. Et si les indicateurs macro économiques s’y mettent, la Bourse de Paris se maintient en négatif, comme ce mercredi 14 septembre

Coca-Cola et les indicateurs économiques américains ont eu raison de la résistance de la

Bourse de Paris. Le CAC40 aligne une seconde séance consécutive à la baisse, avec un retrait de 0,44% à 3.691,85 points, et repasse sous la barre des 3.700 points. Après avoir fait illusion dans la matinée, la Bourse de New York s’est finalement inclinée, et a terminé dans le rouge, tandis que les avertissements sur les résultats de Coca Cola et de Xilinx pour les semiconducteurs pourraient relancer une vague de pessimisme autour des entreprises américaines. Le Dow Jones cède 0,84% à 10.231,36 points, et le Nasdaq des valeurs technologiques recule de 0,99% à 1.896,52 points, avec des volumes d’échanges qui restent très faibles. La croissance de la production industrielle aux Etats-Unis déçoit avec un petit 0,1% en août, alors que le marché attendait 0,4%. Mais surtout elle s’accompagne d’une progression de 0,9% des stocks en entreprises en juillet! Dans ces conditions, l’indice manufacturier de la Réserve fédérale de New York, qui bondit à 28,3 en septembre, contre 13,2 en août, est presque passé inaperçu ! Le dollar, en revanche, profite de l’indice manufacturier et rebondit au dessous des 1,22, à 1,2156 dollar pour 1 euro. Le cours du baril de pétrole continue de remonter, et atteint les 45 dollars. Aux typhons des Caraïbes et coupures d’oléoducs irakiens est venu s’ajouter l’indice des stocks US en baisse? La séance n’a pas profité aux valeurs technologiques. GFI Informatique perd 3,45%, Vivendi Universal 2,74%, Alcatel 2,45% ou Ubi Soft 2,24%. Considéré comme ‘opéable’, peut-être pour IBM ou HP, Capgemini continue de profiter d’achats spéculatifs, et progresse de 3,80%. STMicroelectronics recule de 1,27% après l’avertissement de Xiling. Le fondeur américain anticipe en effet une baisse de 5 à 7% de son chiffre d’affaires trimestriel, une bien mauvaise presse pour les technos, qui vient s’ajouter aux avertissements récents d’Intel, Texas Instruments, LSI Logic et National Semiconductor. Miné par les commentaires négatifs de la banque d’affaires UBS, qui estime qu’Ati gagne des parts de marché, le fabricant de cartes graphiques Nvidia chute de 5,56%. Situation équivalente pour l’opérateur télécoms Verizon, qui se replie de 2,11% après que Deutsche Bank a révisé sa recommandation à la baisse. Il reste Oracle, qui avec l’annonce de résultats trimestriels supérieurs aux attentes, chiffre d’affaires en progression de 16% à 2,2 milliards de dollars et objectifs maintenus pour le trimestre en cours, s’octroie un bond de 7,39%.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur