Bourse : Wanadoo à la baisse, malgré des résultats historiques

Cloud

Séance du lundi 3 mars : la Bourse de Paris termine de justesse en territoire positif, sur fond de déprime du marché américain

Wanadoo a chuté de 3,02% à 4,50 euros en cours de séance, sur les rumeurs d’augmentation imminente du capital de France Telecom. Le fournisseur d’accès Internet a enregistré pour son exercice 2002, et pour la première fois de son histoire, un bénéfice net de 30 millions d’euros, contre une perte de 193 millions d’euros en 2001, et un excédent brut d’exploitation de 90 millions d’euros, contre un Ebitba négatif de 64 millions d’euros l’année précédente. Ces résultats positifs arrivent avec un an d’avance sur les prévisions du groupe. La Bourse de Paris est restée stable, malgré les fluctuations de New York. Le CAC40 a progressé légèrement de 0,3% à 2.762,25 points. Dans l’attente de la publication des comptes du groupe jeudi, le titre Vivendi Universal a trébuché de 3,3% à 12,59 euros, sur un article du Financial Times qui indique que la direction du groupe ne serait pas favorable à la vente d’Universal Music. La Bourse Américaine chute sur des indices décevants Le Dow Jones baisse de 0,67% à 7.837,86 points, et le Nasdaq de 1,29% à 1.320,29 points. Wall Street a tout d’abord réagi positivement aux annonces de l’arrestation d’un membre important d’Al Qaida, puis des concessions de l’Irak avec la destruction de missiles et armes chimiques. Mais le naturel est revenu au galop, et la Bourse de New York est retournée en territoire négatif après la publication de l’indice de l’activité industrielle aux Etats-Unis. Il n’a progressé en janvier qu’à un rythme ralenti. L’indice se place à 50,5 points, juste au dessus de la barre des 50 points qui, franchie à la baisse, serait l’indicateur d’une contraction de la production. Le consommateur américain montre lui aussi des signes de lassitude. Les dépenses des ménages ont baissé de 0,1% en janvier, alors que les observateurs attendaient une hausse après un mois de décembre positif. Seul signe positif, l’indice des dépenses de construction se maintient en forte progression, à 1,7% en janvier.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur