Canonical (Ubuntu) applique les principes du cloud aux machines physiques

CloudServeurs

Avec Metal as a Service, la distribution Linux Ubuntu peut gérer des serveurs comme un pool de ressources librement utilisable. Un principe similaire à celui appliqué aux infrastructures cloud.

Canonical vient d’introduire une nouvelle fonctionnalité dans la dernière version bêta d’Ubuntu 12.04, “Metal as a Service” ou MAAS. Cet outil permet de déployer en un tournemain un vaste ensemble de serveurs physiques, qui sera vu comme un cluster.

MAAS applique les techniques de provisionning présentes dans le monde de la virtualisation et du cloud aux serveurs physiques. Ces derniers sont ainsi vus comme des ressources accessibles à la demande, et exploitables librement depuis MAAS.

« MASS est une nouvelle façon de penser les infrastructures physiques. Calcul, stockage et réseau sont des commodités sur le métal au même titre qu’ils le sont sur le cloud. MAAS permet de gérer les fermes de serveurs comme une ressource malléable, que l’on peut allouer en fonction de besoins spécifiques et réallouer de façon dynamique », explique Mark Shuttleworth, fondateur d’Ubuntu et leader produit et design de Canonical.

Un catalogue de services, pour les machines physiques

MAAS est livré avec un catalogue de services, qui pourront être déployés sur les serveurs. Nous y trouvons par exemple des offres permettant de mettre en place une ferme de serveurs web (ou des applications web distribuées), du Cloud Computing (OpenStack, CloudStack, Cloud Foundry…) ou encore une infrastructure de type Big Data (Hadoop, bases de données NoSQL…).

Metal as a Service est accessible depuis une interface web. Ce produit sera livré avec Ubuntu 12.04, le 26 avril prochain.

Crédit photo : © Canonical


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur