Cryptomonnaies : les enquêtes ont triplé en un an selon Kraken

Blockchain
opera-crypto-jacking

Les enquêtes de police envoyées à Kraken ont presque triplé en 2018. Les Etats-Unis ont intensifié leurs actions dans ce domaine, devenant de loin le premier pays à être à l’origine de celles-ci.

Outre-Atlantique, la plateforme d’échange de crypto-monnaies Kraken a reçu près de trois fois plus d’enquêtes policières en 2018 qu’en 2017, selon un tweet daté du 5 janvier dernier.

Les cryptomonnaies très surveillées par les US

Ainsi en 2018, la plateforme a reçu 475 demandes de renseignement émanant d’agences gouvernementales globales, alors qu’en 2017, elles n’atteignaient que 160.

Et pourtant déjà, en 2017, ce chiffre était déjà considérablement plus élevé que l’année précédente, avec 71 demandes.

Le tweet de Kraken met aussi en exergue que les agences américaines sont les plus promptes à enquêter. Ainsi, 315 des 475 enquêtes menées en 2018 provenaient d’organismes gouvernementaux américains.

Kraken joue la carte de la transparence

Ces 315 assignations à comparaître émanaient en effet d’organismes américains d’application de la loi, notamment du FBI, de HSI, de CIA, d’IRS, de SEC et d’autres organismes.

La société n’a en revanche reçu que 160 demandes d’autres pays.

Autre chiffre éloquent : si Les États-Unis représentent environ 1/5 des clients, ils représentent les deux tiers des demandes.

L’infographie détaillée intitulée « Rapport de transparence 2018 » intervient peu de temps après que le P-DG de Kraken Jesse Powell ait ouvertement mis en doute le manque de clarté concernant l’implication de la fintech américaine Ripple Labs dans la crypto-monnaie XRP.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur