Pourra-t-on exister sur le web sans une timeline ?

CollaborationGouvernanceLogicielsRégulations

Tout savoir de vous, à tout moment. Voilà ce que permettent les timelines des réseaux sociaux. Un système qui offre des avantages, mais qui pourrait aussi être imposé aux internautes.

Les timelines personnelles ont été popularisées par les réseaux sociaux. Ces frises chronologiques permettant de suivre toute l’activité d’un utilisateur. Elles pourraient s’imposer au cours des prochaines années, estime Alistair Croll, multi-entrepreneur et spécialiste du Cloud et du Big Data dans les colonnes d’O’Reilly Radar.

« Dans 10 ans, chaque être humain connecté à Internet aura une timeline. Elle sera le principal outil permettant gérer nos vies. […] Cette chronologie sera tellement intrinsèque à la vie qu’elle va rapidement être tenue pour acquise. Ceux sans timeline auront un énorme désavantage. » La techno dépendance à son summum.

Une vision malheureusement réaliste. Dans le domaine professionnel, la présence sur les réseaux sociaux est devenue un élément clé pour s’attirer les faveurs d’un nouvel employeur. Les entreprises s’appuient largement sur les réseaux sociaux pour en savoir plus sur un candidat. Ceux optant pour la discrétion pourraient se retrouver sur la touche, les employeurs préférant éviter des personnes sur lesquelles elles ne disposent pas de suffisamment de renseignements.

Forcés à tout dévoiler ?

Les réseaux sociaux ne sont donc pas seulement addictifs, ils pourraient aussi devenir obligatoires pour trouver une place dans la société de demain… le tout sous le contrôle de sociétés privées.

Les entreprises utiliseront pour leur part des robots analytiques sophistiqués pour suivre les tendances, évaluer un candidat, surveiller leur personnel, etc. La remontée de données de plus en plus personnelles, par exemple celles liées à votre santé, permettra toujours plus de débordements, comme des primes d’assurances plus élevées pour les mauvais élèves, ou – tout simplement – ceux refusant de jouer le jeu.

À lire aussi :
Le chiffre d’affaires de Twitter grimpe de 97 % sur Q4 2014
2 millions d’annonceurs sur Facebook
Même le business devient social


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur