Développement logiciel : SLSA veut sécuriser la chaîne

Sécurité
SLSA framework

Avec le projet SLSA, fondé sur une de ses méthodes internes, Google projette un framework destiné à sécuriser la chaîne du développement logiciel.

La « méthode Google » deviendra-t-elle la norme pour assurer l’intégrité des chaînes de développement logiciel ? Le groupe américain a en tout cas amorcé, voilà quelques semaines, un projet communautaire dans ce sens : SLSA (prononcer « salsa »).

Le framework qu’il compte élaborer dans ce cadre se fonde sur un processus utilisé en interne depuis bientôt dix ans. Son nom : autorisation binaire pour Borg. Son principe : vérifier la provenance du code et implémenter son identité.

En l’état, SLSA se compose d’un ensemble de définitions et de lignes directrices fruits d’un « consensus industriel ». Dans sa forme finale, il devra permettre la certification automatisée des différentes composantes de la supply chain logicielle.

Sur cette dernière, Google distingue huit points sensibles, illustrés dans le schéma ci-dessous.

failles supply chain

Tout au début, il y a le risque d’introduction de code malveillant dans le dépôt source. Pour exemple, une expérience qu’un chercheur de l’université du Minnesota avait menée à l’été 2020. Elle avait impliqué l’injection de vulnérabilités dans le noyau Linux.

hypocrite commits

Autre point potentiellement vulnérable : les gestionnaires de code source. Illustration avec l’attaque survenue fin mars contre le dépôt principal du PHP. La compromission du serveur Git s’était ensuivie de l’injection de code malveillant, à deux reprises. Il en avait résulté une porte dérobée.

Au niveau du serveur de build, il y a le risque d’usage d’un mauvais code source. C’est ce qui est arrivé en 2018 à Webmin. La modification d’un script de changement de mot de passe avait permis la mise en place de backdoors, en jouant notamment sur l’horodatage et l’usage d’un dossier local.

La plate-forme de build elle-même peut faire l’objet d’une compromission. Parmi les cas récents qui l’illustrent, il y a SolarWinds. Un implant a vérolé plusieurs mises à jour d’Orion, la plate-forme de supervision informatique de l’éditeur.

SLSA : une certification à quatre niveaux

Autre levier : l’usage de dépendances malveillantes. En 2018, la bibliothèque event-stream en avait fait les frais. Le créateur du projet n’ayant plus le temps de le maintenir, il en avait confié les clés à un autre développeur. Lequel avait d’abord effectué des mises à jour « innocentes »… avant d’introduire un commit malveillant.

L’épisode Codecov, survenu récemment, a symbolisé un autre risque : le contournement du CI/CD. La PME américaine, éditrice d’outils de gestion de la couverture de code, avait vu l’un de ses scripts détourné grâce à des identifiants qui avaient filtré. Ce script servait à cartographier les environnements de développement et à transmettre des rapports de couverture. Il a permis d’envoyer des charges malveillantes.

En aval, les gestionnaires de paquets ont eux aussi leurs fragilités. Google prend en référence le rapport d’un chercheur qui en a exploité plusieurs. En particulier au niveau des miroirs.

Tout au bout de la chaîne, reste la possibilité de pousser l’utilisateur à exploiter un paquet malveillant. Le cas de Browserify l’illustre.

SLSA comprendrait quatre niveaux de certification, résumés dans le tableau suivant.

tableau SLSA

Un premier PoC vient d’être ajouté au dépôt du projet. Il propose une intégration de niveau 1 avec GitHub Actions.

graphe SLSA

Illustration principale © Ferenc Almasi – Unsplash

Lire aussi :

Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur 
Avis d'experts de l'IT