ECLAIRAGE : Oracle 11g R2 serait-il moins pénible au soleil ?…

Logiciels

Encore plus de virtualisation et de performances pour le numéro 1 des SGBD. Oracle recommande le couplage avec Sun, et vise surtout les clients encore sous la version 10g ou 9i.

Voici un tour d’horizon de l’offre Oracle 11 g Release:

l’ouverture aux plates-formes : de Linux à Unix, Sun Solaris…

les atouts de la technologie RAC (Real application clusters) et RAC One Node

le traitement parallèle en mémoire; l’offre “Sun Oracle Database Machine”

les options pour réduire les volumes de data

objectif : la migration des bases 10g (voire 9i…)

face à la concurrence : IBM, Microsoft, Teradata…

1 -L’ouverture aux plates-formes : de Linux à Windows, Unix, Sun Solaris…

Avec 23,3 milliards de dollars de chiffre d’affaires et 29 % de croissance sur deux ans, Oracle se porte plutôt bien. Les chiffres parlent d’eux-mêmes : 300.000 clients, dont 280.000 pour les bases de données, 43.000 pour les applications et 80.000 pour Fusion. Pour évangéliser et déployer ses technologies, l’éditeur compte 20.000 partenaires et 9.100 éditeurs-intégrateur (ISV).

Oracle 11g R2 est actuellement disponible sous Linux, et le sera dans les prochains mois sous AIX (IBM), Windows Server 2008, d’HP-UX , et de Sun Solaris. Cette nouvelle version est annoncée à grands frais, à l’instar d’une version majeure.

Vu la période de crise, Oracle mise sur le potentiel d’économies réalisables grâce à la virtualisation, grâce au ‘clustering’, à l’automatisation et aux performances. Au passage, c’est là une piqure de rappel à ceux qui auraient manqué les annonces Sun Oracle Database Machine (cf. article ” Oracle choisit Sun et non HP pour son OLTP Exadata V2 “)


Auteur : José Diz
Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur