Ferrari et Kaspersky signent un partenariat technologique

LogicielsSécurité
Kaspersky - Ferrari © TechWeekEurope.it

« Kaspersky est désormais le fournisseur de solutions de sécurité de la marque la plus célèbre au monde », annonce Eugène Kaspersky, CEO de la firme de sécurité russe. Cette marque, c’est Ferrari.

Plus de deux ans après le rapprochement entre Ferrari et Kaspersky Labs, qui a débuté avec le Grand Prix 2010 de Barcelone, le partenariat entre les deux sociétés monte en puissance, rapporte Emanuela Teruzzi de TechWeekEurope.it.

Kaspersky - Ferrari © TechWeekEurope.it
Kaspersky à Maranello : Alexander Erofeev, CMO de Kaspersky, avec Vittorio Boero, CIO de Ferrari.

Kaspersky apposera non seulement son nom sur le châssis de la plus célèbre voiture de Formule 1 du monde (dixit nos amis Italiens), mais la technologie de sécurité de l’éditeur prendra également place au cœur de l’informatique de Ferrari.

« Kaspersky est désormais le fournisseur de solutions de sécurité de la marque la plus célèbre au monde », se réjouit Eugène Kaspersky, CEO de la firme de sécurité russe. À Maranello, fief de Ferrari, Alexander Erofeev, CMO de Kaspersky, et Vittorio Boero, CIO de Ferrari, se serrent la main pour sceller ce partenariat (notre photo) visant à adopter Endpoint Protection sur tous les ordinateurs de la firme italienne.

À commencer par une première tranche de 4000 machines, pour atteindre un total de 7000 appareils d’ici la fin de l’année. La collaboration sera également étendue aux appareils mobiles, afin de couvrir tout le parc de terminaux des équipes de Ferrari à travers le monde : postes de travail, smartphones et tablettes.

Un contrat signé pour cinq ans

Cet accord commercial est signé pour une durée de cinq ans et comprend le développement de solutions répondant aux besoins spécifiques de la firme de Maranello. Notez que Kaspersky succède ici à un autre éditeur de solutions de sécurité, Trend Micro.

Pour Kaspersky, ce partenariat marque la reconnaissance de son savoir-faire sur le marché du BtoB, lié au repositionnement de la société. Un changement de cap stratégique qui s’est concrétisé par le lancement des solutions Endpoint Security en janvier dernier. Elles visent à protéger les professionnels des cybermenaces.

« Nos laboratoires sont en mesure d’identifier plus de 200.000 programmes malveillants chaque jour. Toutefois, 90% des professionnels de l’informatique sous-estiment cette menace. 91% des organisations ont fait face à une menace extérieure au cours des 12 derniers mois, et 85% ont également subi des incidents de sécurité venant de l’intérieur », explique le CMO de Kaspersky.

Un problème qui devient de plus en plus critique à mesure que le périmètre des machines à protéger s’élargit… en grande partie sous l’impulsion du BYOD.

Crédit photo : © TechWeekEurope.it


Voir aussi
Quiz Silicon.fr – Que savez-vous des technologies de l’information russes ?


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur