Logic Instrument durcit sa tablette FieldBook D1

Poste de travail
fieldbook-b1-logic-instrument

Logic Instrument choisit Windows 7 Pro pour équiper sa tablette durcie FieldBook B1, dont le châssis renforcé se veut évolutif pour accompagner l’expérience du salarié nomade dans les secteurs du transport, de la sécurité et de la logistique.

Logic Instrument consolide son offre de tablettes numériques professionnelles et touche à l’éclectisme des marchés verticaux avec la FieldBook B1, une machine 10 pouces sous Windows 7 Pro dont le châssis durci est certifié IP65.

Pour atteindre les secteurs de la sécurité, des transports, de la logistique ou encore du bâtiment, la société high-tech française (elle est basée à Domont, dans le Val-d’Oise) mise non seulement sur la robustesse, mais aussi sur l’évolutivité d’un produit qui prend réellement forme par l’adjonction, à la demande, de modules complémentaires.

Liberté d’implémenter

Connectivité NFC, lecteur de codes-barres 1D/2D, GPS, modem 4G (Wifi et Bluetooth 4.0 sont intégrés de série), batterie supplémentaire, station d’accueil et prise allume-cigare sont autant d’options qui rendent la configuration plus flexible.

Une logique également applicable à l’écran de 10,4 pouces (1024 x 768 points, technologie résistive), dont le taux de luminosité peut passer, au moyen d’un rétroéclairage dédié, de 340 à 500 nits, facilitant la lisibilité en extérieur.

Greffer ainsi des composants à la FieldBook B1 revient à l’alourdir, elle qui affiche déjà 1475 grammes au compteur dans sa version de base, pour 4 cm d’épaisseur. Son revêtement protecteur y est pour beaucoup, distingué sur l’échelle de classification IP (Indice de Protection) comme étant résistant aux vibrations, chocs thermiques et chutes jusqu’à 1,80 m de hauteur.

Marque de fabrique de Logic Instrument, 8 boutons, tous programmables avec des fonctions secondaires, constellent les contours de la tablette. Ils jouxtent une connectique sommaire, en l’occurrence deux ports USB 2.0, le son en E/S et un mini-USB type B.

Pas de sortie vidéo, ni d’interface Ethernet, quoiqu’il est possible d’y accéder via un dock à relier sur un connecteur propriétaire (débit limité à 200 Mbit/s).

De l’Atom à revendre

L’électronique interne est moins évolutive. À la batterie principale (3800 mAh) peut toutefois s’adjoindre un accumulateur de 4200 mAh – remplaçable à chaud – pour une autonomie annoncée à 9 heures. L’autre choix concerne le stockage, sur un SSD de 32, 64 ou 128 Go. Le processeur est quant à lui gravé dans le silicium.

Il s’agit d’un Atom N2600 (bicœur à 1,6 GHz, 4 threads, 1 Mo de cache L2), celui-là même que l’on retrouve dans certains netbooks. Incompatible avec la technologie Turbo Boost et la virtualisation, il peut tout de même s’allier à un module de plate-forme sécurisée (TPM 1.2). Avec son enveloppe thermique de 3,5 W, l’implémentation d’un système de refroidissement passif prend tout son sens.

Fidèle à son modèle de vente directe, Logic Instrument donne là un nouvel élan à sa gamme de tablettes FieldBook, dont le modèle D1 (7 pouces, sous Android) est l’un des plus éminents représentants. Sur le même segment, l’Américain Motion Computing commercialise ses produits en France depuis l’été 2011.

—— A voir aussi ——
Quiz Silicon.fr : incollable sur les grands noms du monde IT ?


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur