Concours mondial d’innovation : le Big Data parmi les 7 domaines retenus

Big DataRégulations

François Hollance a lancé un concours mondial d’innovation avec l’objectif de faire émerger de nouveaux talents français et étrangers capables de dynamiser l’économie du pays. Du Big Data à la médecine individualisée, sept domaines porteurs sont ciblés.

Depuis le Centquatre, espace de création parisien, les ministres Arnaud Montebourg et Fleur Pellerin ont donné hier le coup d’envoi du concours mondial d’innovation, en présence du chef de l’État François Hollande et de la femme d’affaires Anne Lauvergeon.

Cette initiative mise en place dans le cadre des opportunités de croissance identifiées par la Commission Innovation 2030, consiste à repérer et soutenir « les futurs champions de l’économie française » dans sept grands domaines : stockage de l’énergie, recyclage, valorisation des richesses marines, chimie du végétal, médecine individualisée, « silver économie » et Big Data.

Pour François Hollande, ce concours « s’inscrit dans une volonté, celle de réindustrialiser la France » et de lui permettre de rattraper son retard dans les classements mondiaux dédiés à l’innovation (la France est 11e sur 28 États de l’UE).

300 millions d’euros de financement public

Le concours s’adresse à des entreprises, petites ou grandes, françaises ou étrangères, qui souhaitent s’implanter en France (la société doit être immatriculée au registre du commerce en France). Pour participer, les porteurs de projet doivent s’inscrire sur le site web du concours et déposer un dossier. « Il faut que le projet soit vraiment novateur, faisable, qu’il puisse escompter des retombées économiques et qu’il soit porté par des gens qui y croient », a indiqué Anne Lauvergeon, présidente de la Commission Innovation.

Ouverte depuis le 2 décembre 2013, la phase 1, dite d’amorçage, fera l’objet de clôtures intermédiaires au 30 janvier puis au 31 mars 2014. Une centaine de projets seront ainsi sélectionnés et recevront une aide pouvant atteindre 200 000 euros par projet.

À la rentrée 2014, lors d’une 2e phase, une trentaine de projets « de plus grande ampleur » seront retenus et pourront bénéficier chacun de 2 millions d’euros. Enfin, en 2016, à l’occasion d’une 3e phase de développement quelques projets accompagnés durant la phase 2 seront à nouveau soutenus. Ils recevront jusqu’à 20 millions d’euros chacun pour leur industrialisation.

Au total, l’État français va consacrer 300 millions d’euros au financement de ces projets innovants dans le cadre du programme d’investissements d’avenir et en s’appuyant sur la Banque publique d’investissement (Bpifrance).

crédit photo © HP_Photo – Fotolia.com


Voir aussi

Quiz Silicon.fr – Connaissez-vous les inventeurs hi-tech européens ?


Auteur : Ariane Beky
Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur