Haut débit : la France 30e au classement Akamai

CloudFibre

La vitesse moyenne mondiale de connexion à Internet a été estimée à 2,6 Mbit/s au premier trimestre 2012. C’est en Corée du Sud que l’on surfe le plus vite à 15,7 Mbit/s.

La vitesse moyenne mondiale de connexion à Internet a été estimée à 2,6 Mbit/s au premier trimestre 2012, soit une hausse de 11 % sur un trimestre et de 25 % sur un an. Un constat dressé par le spécialiste américain du CDN (Content Delivery Network) Akamai dans le cadre de son État des lieux trimestriel.

Dans ce rapport, le haut débit se caractérise par une vitesse de connexion de 4 Mbit/s minimum, tandis que le très haut débit est  réservé au lignes d’au moins 10 Mbit/s. Elles concernent désormais 10 % des connexions au niveau mondial (+19 % sur un trimestre).

Une fois de plus, la Corée du Sud arrive en tête avec un débit moyen de 15,7 Mbit/s. Outre la Corée du Sud, deux autres pays d’Asie, le Japon (10,9 Mbit/s) et Hong Kong (9,3 Mbit/s), occupent le trio de tête en termes de débits. Font également partie du Top 10, les pays européens suivants : Pays-Bas (8,8 Mbit/s), Lettonie (8,8 Mbit/s), Suisse (8,1 Mb/s), Irlande (7,3 Mbit/s), République tchèque (7,1 Mbit/s), Belgique (7,1 Mbit/s), Finlande (6,9 Mbit/s).

Le haut débit à moins de 5 Mbit/s

Alors que les États-Unis occupent la 12e place du classement avec une moyenne de 6,7 Mbit/s, la France (30e) se positionne bien loin derrière les pays les plus avancés avec un débit moyen en réception de 4,9 Mbit/s au premier trimestre, selon Akamai.

Toutefois, la France a gagné 15 places par rapport au quatrième trimestre 2011 en enregistrant au premier trimestre 2012 une des plus fortes progressions de son débit moyen de connexion (+20 %), aux côtés notamment du Danemark et de l’Allemagne. A noter que cette dernière propose la vitesse de connexion mobile moyenne la plus rapide, environ 6 Mbit/s.

L’Asie passe à l’offensive

Au premier trimestre 2012, plus de 42 % des attaques de trafic ont eu pour origine un pays de la région Asie-Pacifique/Océanie. L’Europe n’est pas en reste, avec près de 35 % des attaques, tandis que le continent américain est à l’origine de près de 21 % des attaques.

Lorsque l’on considère les pays d’où partent ces attaques, la Chine domine (16 % des attaques perpétrées, +3 points sur un an). Elle est suivie par les États-Unis (11 %) et la Russie (7 %). Enfin, sur le trimestre, 77 % des attaques de trafic se sont concentrées sur 10 ports (42 % pour le seul port 445, Microsoft-DS), contre 62 % au quatrième trimestre 2011.

À noter : le rapport d’Akamai est établi à partir des données issues de l’Akamai Intelligent Platform, infrastructure en mode cloud à laquelle se seraient connectées plus de 666 millions d’adresses IP uniques au premier trimestre 2012 depuis 238 pays et régions. Ce chiffre est en hausse de 6 % sur un trimestre et de 14 % sur un an.


Auteur : Ariane Beky
Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur