Free reçoit 200 millions d’euros de l’Europe pour financer la fibre optique

Réseaux
37 % de croissance pour Lenovo !

Le groupe Iliad bénéficie d’un prêt de 200 millions d’euros de la Banque européenne d’investissement. La majeure partie sera consacrée à la fibre optique.

Free va pouvoir reprendre ses investissements dans les réseaux fixes très haut débit. Sa maison mère, le groupe Iliad, vient d’annoncer avoir signé, ce lundi 27 août, un contrat de financement de 200 millions d’euros apportés par la Banque européenne d’investissement (BEI).

Ce nouveau financement est une bouffée d’air frais pour Iliad/Free qui va investir 65 % du montant (soit 130 millions) dans la mise en place de réseaux de fibre optique FTTH (Fiber to the home), toujours en point-à-point (l’abonné conserve l’intégralité des capacités de sa ligne optique jusqu’aux serveurs du fournisseur).

Ce prêt succède aux 150 millions d’euros de la BEI dont avait précédemment bénéficié Iliad en 2010.

Prêt à long terme

Une soixantaine d’agglomérations moins densément peuplées (donc plus ou moins délaissées par les opérateurs) seront également concernées par le déploiement de la fibre dans le cadre d’un accord de cofinancement signé avec Orange-France Télécom en juillet 2011.

Le reste du financement servira à étendre la portée et la capacité du réseau ADSL2+ de Free et à intensifier le dégroupage.

« Nous nous réjouissons de ce partenariat avec la BEI qui permet au groupe Iliad de poursuivre activement le déploiement des réseaux fixes numériques de demain et de renforcer le rôle majeur du groupe dans les télécommunications en France  », a déclaré Xavier Niel, le patron d’Iliad.

Un partenariat d’autant plus réjouissant que ce prêt est remboursable sur 9 ans (contre moins de 5 ans sur les prêts classiques), rapporte l’AFP. Un prêt longue durée qui correspond donc à la nature de l’investissement dans la fibre, dont la rentabilité n’est pas attendue avant plusieurs longues années, voire dizaines d’années.

La BEI est l’institution de financement à long terme de l’Union européenne dans les domaines de l’économie « réelle » telle que l’innovation et la modernisation industrielle et énergétique, les infrastructures, la rénovation urbaine, ou encore l’efficacité énergétique.

Le déploiement des réseaux de télécommunication à très haut débit est notamment une priorité pour la compétitivité de l’Union européenne. Dans ce cadre, elle a investi 4 milliards d’euros.

Une priorité pour la BEI

« L’innovation et le soutien à des technologies de l’information performantes sont une priorité d’action pour la BEI, justifie Philippe de Fontaine Vive, vice-président de la BEI. Notre objectif est de contribuer au développement d’une économie compétitive en Europe fondée sur le triangle éducation-recherche-innovation. C’est pourquoi nous sommes très heureux de ce partenariat avec le groupe Iliad, acteur clé de la révolution numérique en France. Les premiers bénéficiaires de ce financement seront les habitants des villes et territoires. »

Ce prêt contribue, à sa manière, à l’objectif du gouvernement français de déployer la fibre sur la totalité du territoire dans la prochaine décennie. Il faudra en effet accélérer les déploiements.

Au rythme actuel, l’Avicca (l’Association des villes et collectivités pour les communications électroniques et l’audiovisuel) estimait à 80 ans le temps nécessaire pour remplacer les 32 millions de lignes téléphoniques par le réseau optique.

Crédit photo © Vladislav Kochelaevs – Fotolia.com


Voir aussi
Quiz Silicon.fr – Connaissez-vous Free ?


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur