IBM débloque 1 milliard de dollars pour promouvoir Linux sur la plate-forme Power

CloudOpen Source

IBM va investir 1 milliard de dollars pour booster Linux et l’open source sur l’architecture processeur Power. Objectif : devenir une alternative au couple Linux + x86.

Quand IBM s’attaque à un marché, il ne le fait pas à moitié. En témoigne cet investissement massif de 1 milliard de dollars, une somme entièrement dédiée à la promotion de Linux et des logiciels open source sur la plate-forme Power. Sont visées, les applications de nouvelle génération des datacenters, tels le cloud et le big data.

Première retombée de cette nouvelle stratégie, l’ouverture de plusieurs centres Power Systems Linux : deux aux États-Unis (Austin et New York), un en Chine (Pékin) et un en France, à Montpellier. Des centres qui seront connectés entre eux.

Le centre de Montpellier (comme les trois autres) se chargera de toutes les problématiques liées à l’utilisation de Linux sur les plates-formes Power. Alain Cyr, responsable Power Platforms à l’IBM Client Center de Montpellier, nous indique que cette nouvelle structure sera ouverte à tous : clients, partenaires, distributeurs…

« Nous voulons présenter Linux sur Power comme une alternative à Linux sur x86 », nous indique-t-il. Oui, mais pour quels marchés ? Pour les applications critiques ou les applications classiques ? « Les deux : aussi bien les applications critiques avec des usages de type mainframe que pour de l’entrée de gamme. »

Les serveurs PowerLinux existants, les 7R1 (1 socket) et 7R2 (2 sockets) concrétisent cette volonté d’IBM d’aller titiller les serveurs x86 classiques. Le 7R4, plus musclé, permet d’aller plus loin, avec le support de quatre sockets (voir « IBM muscle sa gamme de serveurs PowerLinux avec le 7R4 »).

IBM entend aussi renforcer son écosystème “Linux on Power”. SUSE et Red Hat sont les deux principaux OS supportés sur architecture Power. Une collaboration qui se verra renforcée.

Dans le même temps, Big Blue va faire un gros effort sur le middleware et les applications : « Chez IBM, sur des produits comme WebSphere, Java et les applications métiers, mais aussi chez les ISV avec plus de certifications. »

Les éditeurs pourront profiter d’un cloud de développement gratuit, qui leur permettra d’accéder à une machine Power pour leurs travaux (cloud qui se veut compatible avec Linux, AIX et IBM i).

Une stratégie Linux on Power très agressive

Le renouveau de l’architecture Power s’est fait sentir mi-2012, avec l’arrivée des PowerLinux, des serveurs dont les prix se veulent comparables à ceux des machines x86.

Cet été, le consortium OpenPower a été dévoilé. Regroupant IBM, Tyan, Nvidia et Mellanox, il espère favoriser l’apparition de machines Power8 chez d’autres entités qu’IBM. Et Big Blue de retenter le coup du PC dans les serveurs, en ouvrant encore une fois sa technologie au clonage (firmware et processeur compris cette fois-ci)…

Nous ne savons pas encore ce qui ressortira de l’OpenPower Consortium. Alain Cyr se veut toutefois clair : le Power Systems Linux Center de Montpellier s’adressera à tous les utilisateurs de Linux sur architecture Power. IBM avance ses pions. Gare à l’attaque !

Crédit photo : © Nik Frey – Fotolia.com


Voir aussi
Quiz Silicon.fr – IBM le doyen de l’industrie IT
Quiz Silicon.fr – 10 questions sur Linux


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur