IGEL greffe un deuxième coeur dans son client léger UD3

Poste de travailVirtualisation
igel-client-leger-ud3

Doté, fin février, d’un support natif du protocole Microsoft Remote Desktop 8.0, le client léger IGEL UD3 s’enrichit désormais d’un processeur bicoeur et d’une prise en charge de l’USB 3.0.

A mesure que la virtualisation des infrastructures informatiques s’impose comme une préoccupation, voire une réalité tangible en entreprise, les clients légers trouvent une place de choix au sein du poste de travail.

L’Allemand IGEL suit la tendance et met à jour, en milieu de gamme, son modèle UD3, décliné en une version pourvue d’un processeur bicoeur, d’une connectique USB 3.0 et d’une solution graphique plus performante qui assure la prise en charge d’un double affichage.

Le socle technologique établi avec la génération précédente reste tout de même d’actualité, avec notamment un système de refroidissement passif, un lien Ethernet Gigabit et plusieurs composants optionnels : monture Vesa, interface Wifi 802.11g, lecteur de cartes à puce, port USB antivol… et module de connexion série.

Ce dernier, supplanté exclusivement par de l’USB, n’est plus implémenté en standard. Autre disparition au catalogue, celle de Windows Embedded 2009, éclipsé au profit des seuls IGEL Linux (449 euros HT pour cette configuration qui inclut un navigateur Firefox, une visionneuse PDF et un environnement Java) et Windows Embedded Standard 7 (574 euros HT).

Nouveau processeur

Le coût d’acquisition n’est pas nécessairement inférieur à celui d’un ordinateur conventionnel, mais le cycle de vie de cette informatique légère peut atteindre les 10 ans, avec des performances en évolution constante. La dernière mise à niveau se porte sur le processeur monocoeur VIA Nano à 1 GHz sur chipset VX855, auquel se substitue un Eden X2 bicoeur sur carte mère VX900, dit “20% plus rapide” et qui reste à ce jour l’un des processeurs x86 64 bits les moins énergivores du marché.

La consommation électrique du nouvel UD3 est en effet annoncée à 11 W en fonctionnement, pour 1 W en veille. Dans cet esprit, IGEL souligne l’efficience énergétique du module de RAM implémenté en standard (1 Go sous Linux, 2 Go sous Windows) et de la mémoire flash (2 Go sous Linux, 4 Go sous Windows). Le coprocesseur graphique (DSP) évolue lui aussi : toujours chez VIA Technologies, on passe du Chrome 9 au ChromotionHD 2.0, qui gère l’accélération jusqu’en 1900 x 1200 points, avec 256 Mo partagés, sur des interfaces DVI-I et DVI-D.

La tradition IGEL

La solution Universal Management Suite 4 est fournie en complément, pour simplifier le déploiement initial et l’administration d’un parc de clients légers. La configuration est automatisée et les modifications des paramètres s’appliquent durant le processus de démarrage. Le micrologiciel embarqué étend par ailleurs, sur le principe du “Software on Chipset”, la compatibilité du dispositif à plusieurs protocoles : la technologie PC over IP, Citrix HDX, VMware View, Microsoft RemoteFX…

Autres plus-values notables, une garantie de 5 ans avec échange sur site – à condition d’enregistrer les produits après achat – et le support natif du protocole Microsoft Remote Desktop 8.0, qui donne accès aux nouvelles possibilités de Windows 8 dans des infrastructures de bureaux virtuels hébergés par Windows Server 2012.

Crédit photo : IGEL

—— A voir aussi ——
Quiz Silicon.fr : connaissez-vous le monde des stations de travail ?


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur