Dépenses d’infrastructures mobiles : la 4G prend la relève

4GMobilitéRéseaux

Les dépenses pour les équipements 4G LTE par les opérateurs constitueront l’essentiel des investissements mobiles dès 2013.

Les dépenses mondiales d’équipements en solutions mobiles des opérateurs repartent à la hausse. Elles devraient progresser de 8,3 % à 45,5 milliards de dollars cette année, contre 41,7 milliards et 39,1 milliards en 2011 et 2010 respectivement, selon le cabinet d’analyse IHS iSuppli. Et devraient dépasser les 50 milliards en 2016.

IHS : dépenses infrastructures mobiles 3G/4g 2011-2016La croissance du marché en 2011 et, particulièrement, en 2012 est notamment portée par le déploiement des réseaux 4G LTE (Long Term Evolution). Essentiellement aux États-Unis, au Japon et en Corée du Sud.

L’Europe, la Chine et l’Inde se sont, eux, principalement distingués par la mise à niveau des réseaux mobiles, notamment en 3,5G (ou 3G+).

« Les opérateurs font les investissements sur les infrastructures afin de maintenir le rythme de croissance du trafic de données, en particulier sur le côté mobile », commente l’analyste Jagdish Rebello chez IHS.

Les revenus portés par la data

En toute logique, les dépenses 4G devraient bénéficier d’une croissance de 132 % en 2012 à hauteur de 8,6 milliards de dollars. Et devraient constituer la majorité des investissements en 2013. Dans le même temps, les dépenses 3G/3,5G se limiteront à 34,4 milliards en 2012, soit l’équivalent des 34,3 milliards de 2011, et tomberont à moins de 21 milliards en 2013.

# ADV#Toujours selon l’analyste, la data s’inscrit comme un levier de développement des revenus des opérateurs. Alors que la facturation pour le transport de données constitue entre 25 % et 35 % des revenus des opérateurs en Europe, en Australie, aux États-Unis, en Corée et au Japon, cette proportion devrait monter à 50 % d’ici 2016 pour nombre d’entre eux.

Une tendance qui restera à vérifier en Europe, où le modèle économique, basé sur le trafic, rencontre une certaine opposition des autorités de Bruxelles. Et certains acteurs, comme Free Mobile, n’hésitent pas à réguler les contenus provenant de services tiers.

Wifi et small cell à la rescousse

Parallèlement à la 4G, les solutions Wifi devraient profiter de l’essor du trafic et des débits. Les opérateurs privilégient désormais les infrastructures de « réseau intelligent ». Le Wifi Offload, qui consiste à déporter une partie du trafic mobile sur les infrastructures terrestres, fait parti des solutions proposées. Plusieurs opérateurs ont déployé des réseaux commerciaux de hotspots Wifi, ou passés des accords avec des partenaires locaux, dans les pays industrialisés, précise IHS.

Les autres alternatives sont à regarder du côté des réseaux hybrides, composés de stations radio classiques complétées de metro et micro cellules (small cells) ou encore de femtocells (mini antennes 3G reliées à des connexions filaires) dans les entreprises et chez les particuliers. Faciles à déployer, ces solutions permettent de mieux appréhender les charges de trafic dans les zones très fréquentées.

153 milliards de dépenses totales

IHS souligne également que les dépenses d’équipements mobiles ne constituent qu’une partie des investissements auxquels il faut ajouter les coûts de maintenance, de câbles, de mises à jour logiciels ou encore de surfaces et emplacements pour installer les infrastructures.

Le total des dépenses passera de 144,1 milliards de dollars en 2011 à 153,5 milliards en 2012.


Voir aussi
Quiz Silicon.fr – Le vocabulaire des télécoms


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur