Internet des objets : Bouygues Telecom ouvre le premier réseau LoRA en France

Big DataData & StockageM2MMobilitéOperateursRéseaux

Bouygues Telecom s’attaque à l’Internet des objets en ouvrant un réseau LoRa, une technologie taillée pour les objets communicants avec des coûts plus faibles que ceux des SIM M2M.

L’Internet des objets (IoT) est en marche auprès des opérateurs. Notamment chez Bouygues Telecom qui annonce ouvrir, à partir du mois de juin prochain, un réseau entièrement dédié aux objets connectés. Le premier en France qui s’appuiera sur LoRa (ou LoRaWAN), une technologie à l’origine développée par le français Cycleo (filiale de Semtech depuis 2012), et portée depuis janvier 2015 par un consortium d’industriels réunis au sein de la LoRa Alliance, dont Bouygues Telecom est membre fondateur.

La technologie LoRa (Long Range ou longue portée) entend répondre aux problématiques des objets communicants en apportant des liaisons bidirectionnelles entre l’objet et le réseau de collecte sur plusieurs kilomètres de distance, avec une faible consommation (l’idée étend d’assurer une autonomie énergétique d’une dizaine d’années à partir de batteries standard). Multifréquences, le protocole peut s’appuyer sur des fréquences basses (et libres de licences), afin de s’affranchir des obstacles pour pénétrer dans les bâtiments, et même les sous-sols, et couvrir les objets fixes comme en mouvement (jusqu’à 50-60 Km/h de déplacement). La filiale de Bouygues exploitera pour sa part la bande des 868 MHz (863-870 MHz) pour opérer son offre en France.

Le Big Data en complément

L’opérateur a travaillé avec plusieurs partenaires et industriels pour mettre au point sa solution à l’issue de tests grandeur nature menés à Grenoble pendant 16 mois. Dont Semtech, autour de l’amélioration du protocole LoRa, mais aussi Eolane (conception-fabrication de matériels électroniques), Kerlink (fabrication des gateway), Sagemcom (sur le cœur de réseau).

Concrètement, Bouygues Telecom déploiera des gateway “LoRa” sur une partie de ses 15 000 points hauts en France. Les passerelles feront le lien entre les équipements dotés d’un système LoRa (capteur, émetteur-récepteur, microcontrôleur, batterie) et le cœur de réseau de l’opérateur où sont traitées les données. Issy-les-Moulineaux et une partie de Paris seront les premières zones couvertes en LoRa dès le mois de juin prochain. La couverture s’élargira rapidement à d’autres grandes villes (Marseille, Lyon, Nice, Lille, Rennes, Nantes, Montpelliers et Angers). Près de 500 communes devraient être couvertes avant la fin de l’année, annonce l’opérateur.

Si Bouygues Telecom se concentrera sur la partie transport des données, l’entreprise entend compléter l’offre à travers du conseil, en amont, et des services, en aval. « L’équipement communicant est fourni par le client mais on a une démarche de conseils, voire de bureau d’études, si besoin, indique Franck Moine, directeur de la division M2M chez Bouygues Telecom qui entend notamment s’adresser à des acteurs éloignés du monde de l’IT. Au-delà du transport de l’information et de son stockage, nous pouvons apporter un aspect service à travers la notion de Big Data et de data visualisation. Il y a une vraie pertinence à cette approche Big Data pour mesurer les données des équipements. »

Quelques euros par an

Au-delà de la technologie, LoRa se distingue des offres SIM M2M “traditionnelles” sur l’aspect tarifaire. « Alors que l’on parle de moins de 10 euros par mois et par objet en M2M, on descend à quelques euros par an avec LoRa », indique Franck Moine. La différence sera compensée par le volume des objets à traiter sachant qu’une gateway peut remonter jusqu’à 16 millions de liens par jour. « Notre approche est pensée pour une offre cost effective. Le retour sur investissement de nos clients en dépend. »

Bouygues Telecom n’est pas seul sur les rangs. En Europe, d’autres opérateurs dont KPN (Pays-Bas), Swisscom, Belgacom et Fastnet (au Royaume-Uni) déploient ou expérimentent leur propre réseau LoRa. L’Internet des 50 milliards d’objets connectés à l’horizon 2020 est en marche.


Lire également
Les objets connectés nous refont le coup de la nouvelle économie
Show Hello : Orange mise sur les objets connectés et le Big Data
Eric Delgove (Deloitte): «La DSI doit être un catalyseur des objets connectés»

crédit photo © chanpipat – shutterstock

Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur