IoT et performance applicative : un défi de taille pour les DSI

DSILogicielsM2MProjetsRéseaux

7 DSI sur 10 redoutent que leur activité ne soit fortement impactée par des problèmes de performance liés à des déploiements IoT mal gérés.

L’internet des objets (IoT) gagne du terrain dans les entreprises. Mais les directions des systèmes d’information (DSI) redoutent l’impact de stratégies IoT qui négligeraient la performance applicative et la sécurité d’infrastructures IT hybrides.

C’est ce qui ressort d’une enquête commandée par Dynatrace au cabinet Vanson Bourne. 800 DSI de grandes entreprises ont été interrogés. Neuf pays sont concernés : France, Allemagne, Royaume-Uni, États-Unis, Brésil, Mexique, Chine, Singapour et Australie.

Près de 7 DSI sur 10 (69%) pensent que l’IoT va devenir un poids difficile à soutenir en ce qui concerne la gestion de la performance. 74% redoutent même que leur activité ne soit négagtivement impactée par des déploiements IoT mal ficelés.

Ils sont plus nombreux encore (78%) à craindre que les stratégies IoT envisagées par leur organisation négligent la gestion de la performance d’écosystèmes cloud complexes.

Multiplication des intermédiaires

L’augmentation des appareils connectés et des acteurs impliqués dans la prestation de services IoT est un sujet de préoccupation supplémentaire.

73% des DSI s’inquiètent des difficultés pour identifier les éventuels responsables lorsque surviennent des problèmes de performance liés à l’IoT. Les initiés, les fournisseurs de plateformes et les opérateurs de réseaux IoT sont inclus dans les parties prenantes.

Aussi, 64% des répondants s’alarment de ne pouvoir assurer la bonne gestion de la performance mobile. Et ce face à la multiplication du nombre d’objets et appareils connectés.

Globalement, l’intelligence artificielle (IA) et l’automatisation joueront un rôle clé dans le succès (ou l’échec) des projets IoT. C’est ce que pensent 84% des DSI interrogés.

Mais 70% d’entre eux craignent de perdre le contrôle. Ils redoutent de ne pas être en mesure de soutenir l’augmentation du niveau d’exigence des utilisateurs de l’IoT.

Or pour tirer profit du potentiel de la technologie, « les entreprises ne peuvent pas se permettre d’être dépassées par les problèmes de complexité que l’IoT peut apporter ». C’est en tout cas le point de vue de Dave Anderson, promoteur de la performance numérique chez Dynatrace. Pour l’éditeur spécialisé de logiciels, les organisations « qui utilisent une approche traditionnelle de surveillance » seraient particulièrement exposées.

« Les outils spécifiques des plateformes et les solutions maison ne sont pas conçus pour les environnements cloud complexes, ‘web-scale’ et hautement dynamiques ». Ces outils ne sauraient remplacer, selon lui, une solution basée sur l’IA « offrant une vue d’ensemble de l’environnement et un moyen automatisé de comprendre ce qui se passe en temps réel ».

(crédit photo © Ollyy / Shutterstock)

Lire aussi :

Auteur : Ariane Beky
Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur