La RFID pourrait contribuer à freiner la contrefaçon de cigarettes

Régulations

En permettant de renforcer la traçabilité des marchandises, la technologie
d’identification par fréquences radio (ou RFID) fait ses preuves, y compris dans
la contrebande de cigarettes. Projet au Royaume-Uni

La Grande-Bretagne veut renforcer son arsenal technologique dans la lutte contre la contrefaçon. Dans les six mois à venir, les paquets de cigarettes pourraient tous être dotés d’étiquettes RFID.

Le gouvernement britannique vient de donner son accord pour placer dans les paquets un ‘tag’ ou identifiant RFID. Des lecteurs seraient utilisés par la douane britannique pour authentifier les produits, indique la TMA (Tobacco Manufacturers Association.)

La presse anglaise confirme l’utilisation prochaine de la RFID. Pourtant, un porte-parole du services des douanes (HMRC) a indiqué lors d’une conférence de presse : “La décision finale n’a pas encore été prise.”

Selon Peter Harrop, analyste spécialisé dans la RFID pour IDTechEx, le projet serait “surréaliste” car “l’utilisation de la RFID est encore très chère“.

Il reste que la puissance du lobby des fabricants de cigarettes n’est plus à démontrer. Face à une législation anti-fumeurs de plus en plus stricte et face à des taxes fortement à la hausse, la contrefaçon avec ses réseaux parallèles est devenue monnaie courante.

En France, également, la contrebande de cigarettes est en forte progression. Rien que sur les mois de juillet et août 2006, 30 tonnes de tabac de contrebande avaient été saisies sur l’Hexagone.

De ce côté-ci de la Manche, l’étiquetage des paquets de cigarettes n’est pas encore à l’ordre du jour. Pourtant, l’industrie du luxe l’a déjà adopté…


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur