Les DSI recentrent leurs dépenses 2012 sur l’infogérance

ExternalisationRégulationsSSII

Malgré la croissance des projets d’infogérance (outsourcing) en France, les dépenses en logiciels et services informatiques seront freinées par la dégradation du contexte économique général, selon une étude réalisée par Pierre Audoin Consultants (PAC).

La société de conseil et d’études Pierre Audoin Consultants table sur un ralentissement des dépenses en logiciels et services informatiques cette année. Ainsi, la croissance passerait de 3,2 % sur la période 2010/2011, à 0,9 % sur la période 2011/2012 en France. Pour l’ensemble de l’Europe de l’Ouest, ces proportions passeraient de 2,6 % à 2,1 %.

« Depuis la fin du dernier trimestre 2011, nous constatons une fébrilité dans la construction des budgets des directions des systèmes d’information. La grande différence avec l’année passée est que les DSI ne sont pas surpris par l’ampleur de la crise qui les avait amenés à couper (dans leurs budgets) de manière un peu hâtive », a déclaré par voie de communiqué Arnold Aumasson, vice-président chez PAC.

Progression de l’infogérance, baisse des services

Cette année, les entreprises en France devraient maintenir leurs volumes d’investissements IT sur des projets considérés comme critiques, soit l’outsourcing regroupant l’infogérance, la tierce maintenance applicative, l’hébergement et l’externalisation des processus métiers, avec une croissance 2012 estimée à 4,1 % (une proportion toutefois révisée à la baisse en raison de la conjoncture économique).

Quant à la croissance du marché de l’édition de logiciels (licences et maintenance), elle ne devrait pas dépasser 1 % cette année, contre 3,4 % en 2011. Dans le détail, ‘les logiciels outils’ (analytiques, collaboratifs, de gestion de contenu, etc.) vont enregistrer une croissance de 2,3 % en 2012, contre 3,9 % l’an dernier. Moins dynamique, le segment des applications devrait croître de 0,4 % seulement en 2012, à l’heure où le logiciel en tant que service (SaaS) monte en puissance auprès des PME et des grands comptes.

Enfin, une baisse de la croissance du volume des prestations de conseil IT (-1,4 %) et d’intégration de services (-0,9 %) est à prévoir. En outre, les activités de conseil, d’intégration de systèmes et de formation proposées par les sociétés de services en ingénierie informatique (SSII) seront les plus touchées par la dégradation conjoncturelle, et ce malgré une embellie attendue au second trimestre 2012, observe Pierre Audoin Consultants.

Les prestataires de services IT devront, selon les termes de la société de conseil, poursuivre « les efforts d’industrialisation de leurs prestations », afin de rester compétitifs malgré la forte pression sur les prix.


Auteur : Ariane Beky
Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur