Libra : 4 choses à savoir sur la « globalcoin » de Facebook

Blockchain

Avec Libra, Facebook (et une poignée de partenaires) veut mettre à l’épreuve sa puissance en créant la première devise mondiale de l’ère numérique.

1- Libra, c’est quoi ?

C’est le nom de la  monnaie électronique  imaginée par Facebook, et basée une blockchain privée.

Un site ( en français) est dédié au fonctionnement de Calibra, le porte monnaie électronique qui permet d’effectuer les transactions. Et il ne laisse planer aucun doute sur les ambitions du projet :  » Imaginez une nouvelle devise mondiale sur un nouveau réseau international. »

Calibra sera aussi accessible via WhatsApp et Messenger

On y apprend qu’une application autonome sera disponible aussi dans l’App Store et Google Play. 

« Envoyer et recevoir de l’argent sera aussi facile que d’envoyer un message à vos proches ou à des commerces. » indique le site.

2- Qui contrôle Libra ?

Une fondation, baptisée également Libra, établie en Suisse, regroupe les 28 membres fondateurs du projet, incluant Calibra, la filiale de Facebook, pour diriger l’initiative.

Iliad, maison mère de Free, est la seule entreprise française. Chacun des membres a déboursé un ticket minimum de 10 millions de dollars qui lui donne accès à un noeud (serveur) de la blockchain du Libra, qui stocke l’historique de toutes les transactions. 

Selon les Echos, le tour de table n’est pas clos. L’objectif est de compter une centaine de partenaires, choisis par cooptation,  au moment de la mis en service de Libra. Certains candidats auraient été recalés.

 

3 – Comment fonctionnent les paiements avec Libra ?

« La Libra repose sur la réserve Libra, une collection de devises et d’autres actifs qui servent à garantir chaque Libra créée, afin de renforcer la confiance dans sa valeur intrinsèque. » indique Calibra.

Cette notion de la valeur de la Libra est totalement floue à l’heure actuelle et sera un des points d’achoppement du projet, notamment parce que les banques centrales vont avoir leur mot à dire sur le processus qui assure la valeur de cette nouvelle monnaie, aussi virtuelle soit-elle.

« La première version de Calibra prend en charge les paiements entre particuliers ainsi que quelques autres moyens de paiement, tels que des codes QR que les petits commerces peuvent utiliser pour accepter des règlements en Libra. Beaucoup d’autres modes de règlements seront pris en charge au fil du temps, notamment des paiements en magasin, des intégrations dans des systèmes en points de vente, etc. » apprend-t-on. 

Est-ce que la Libra sera une devise comme une autre ? A priori oui.  » Vous pouvez convertir votre devise locale en Libra pour ajouter de l’argent à votre portefeuille, puis la reconvertir lorsque vous souhaitez effectuer un retrait. Lorsque vous convertissez votre devise locale en Libra (ou vice versa), l’application vous indiquera le taux de change afin de connaitre la somme exacte obtenue. » explique les fondateurs.

On découvre aussi quil y aura des frais de transaction  » bon marché et transparents » notamment en cas de transfert à l’étranger. 
 
Ce qui confirme que la Libra se projette comme une « vraie devise ».  Autre indice de cette valeur monétaire : sa fluidité. 
 
 » Vous pouvez utiliser Calibra pour envoyer de l’argent à n’importe qui, partout dans le monde. Calibra est conçu pour Libra, une nouvelle cryptomonnaie mondiale. La valeur de la Libra étant stable, vous pouvez également garder votre argent sur Calibra et utiliser votre compte pour payer des transactions au quotidien, par exemple pour payer votre café, vos courses ou vos transports en commun. »
 

A noter que rien ne permet d’affirmer que la valeur de la Libra serait « stable » compte tenu de l’assiette de devises qui compose sa valorisation. Au démarrage, ans elle devrait compter du dollar américain, de l’euro, de la livre sterling et du yen.

4 – Date de lancement ?

Le portefeuille Calibra  sera disponible dans Messenger, WhatsApp et en tant qu’application autonome au premier trimestre 2020 dans une douzaine de pays.

Lire aussi :