Licenciements chez SFR et économies chez Orange en réaction à l’arrivée de Free Mobile

OperateursRéseaux

Suppression d’emplois chez SFR, économies sur les salariés d’Orange… Les opérateurs anticipent largement les effets concurrentiels de l’arrivée de Free Mobile.

« Nous devons réexaminer nos coûts, de manière systématique, tant sur les investissements que sur l’exploitation », déclarait récemment aux Echos Jean-Bernard Levy, patron de Vivendi, à propos de sa filiale SFR qui affronte la concurrence de Free Mobile. Un réexamen susceptible d’entraîner une réduction des effectifs de 120 personnes.

Mais, selon l’agence Bloomberg, le nombre de salariés touchés par la mesure serait bien plus élevé. À savoir entre 200 et 500 personnes, voire plus, selon des données issues des syndicats. Les coupes supplémentaires pourraient correspondre aux emplois intérimaires et les contrats à durée déterminée. Vivendi prévoit un recul de 12 % à 15 % des revenus de SFR sur 2012 et tente donc d’anticiper la baisse. SFR a reconnu avoir perdu 208 000 abonnés depuis le lancement de l’offre de son nouveau concurrent.

150 millions d’intéressements en moins chez Orange

C’est également au nom de Free Mobile que les salariés d’Orange vont perdre du pouvoir d’achat. Les économies du groupe anticipées par Stéphane Richard lors de la présentation des résultats 2011, vont peser sur l’intéressement salarial. Lequel passe de 302 millions d’euros en 2011 à 197 millions d’euros en 2012, soit une baisse de 34 %. Auxquels s’ajoutent 55 millions d’intéressements exceptionnels.

« Soit une perte moyenne de 1500 euros par personne, qui représente une perte de pouvoir d’achat immédiate de 3 % à 5 % selon les tranches de rémunération, indique l’intersyndicale CFE-CGC/UNSA France Télécom – Orange dans un courrier adressé au PDG de l’opérateur. Si la Direction n’avait pas versé tant de dividendes ces 4 dernières années – près de 15 milliards d’euros au total, pendant qu’Apple et Google n’en versaient pas – près d’un milliard d’euros de frais financiers seraient désormais économisés chaque année. Est-il acceptable d’exiger des seuls personnels de supporter l’effort face à une potentielle période de “vaches maigres” en 2012 ? » Bref, si l’effet de concurrence joue sur les résultats, il est un peu rapide de tout mettre sur le dos de Free.

Crédit photo : Oleksandr – Fotolia.com


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur