Un logiciel inspiré du cerveau humain peut lire les Captcha

Logiciels

Une start-up californienne aurait conçu un système capable de résoudre 90 % des Captcha utilisés sur le Web pour distinguer l’humain d’un robot et mieux lutter contre le spam.

Une start-up spécialisée dans l’intelligence artificielle indique avoir développé un logiciel capable de déchiffrer les Captcha. Créés en 2000 par des chercheurs de l’Université Carnegie-Mellon, ces tests de Turing composés de lettres et/ou de chiffres permettent de différencier un humain d’un robot lors de la saisie d’un formulaire ou de l’accès à un service en ligne.

La jeune pousse californienne Vicarious déclare que son système inspiré du fonctionnement du cerveau humain peut résoudre de nombreux Captcha, dont ceux proposés par Google, Yahoo et PayPal. Et ce, avec un pourcentage de réussite de 90 %.

Imiter le cerveau pour traiter l’information visuelle

Ce n’est pas la première fois que des ingénieurs parviennent à tromper les Captcha, sécurité anti-spam utilisée par de nombreux sites web et plateformes. Mais Vicarious affirme que sa technologie nécessite une moindre puissance de calcul et des volumes de données relativement faibles, rapporte la MIT Technology Review.

Vicarious cherche moins à démontrer que les Captcha textuels ne sont plus efficaces pour distinguer l’homme de la machine, qu’à promouvoir sa technologie imitant le cerveau pour traiter l’information visuelle et reconnaître les objets. L’objectif de son cofondateur, Scott Phoenix, consiste à imposer l’entreprise et ses algorithmes dans d’autres domaines, comme la robotique, l’imagerie médicale et la vidéo.

La démarche séduit puisque la start-up a levé l’an dernier 15 millions de dollars dans le cadre d’un tour de table piloté par Good Ventures LLC, une société d’investissement lancée par Dustin Moskovitz, cofondateur de Facebook et Asana.


Voir aussi

Silicon.fr en direct sur les smartphones et tablettes


Auteur : Ariane Beky
Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur