Méga contrat pour Nokia Siemens Networks en Arabie Saoudite

Réseaux

L’équipementier y déploiera un réseau mobile 2G et 3G. Montant du contrat : 935 millions de dollars

Les équipementiers télécoms ont connu une année 2007 bien difficile, personne n’a échappé aux pertes, aux plans sociaux et aux chute de leurs actions. Mais le vent est-il en train de tourner ? Nokia Siemens Networks vient en effet d’annoncer la signature d’un mega contrat de 935 millions de dollars avec l’opérateur koweïtien Zain.

C’est le plus gros contrat de l’histoire de la jeune co-entreprise qui s’est officiellement lancée en avril 2007.

Il s’agira pour le groupe issu de la fusion des activités réseaux de Nokia et de Siemens de déployer des équipements de téléphonie mobile 2G et 3G au Koweit.

Selon les termes de ce contrat, Nokia Siemens Networks va prendre en charge la conception, la construction, la mise en service et la maintenance du réseau sur cinq ans.

“Ce grand projet va changer radicalement la face des communications mobiles en Arabie saoudite et pose un jalon dans les communications mobiles dans la région”, a commenté le directeur des opérations de Zain en Arabie saoudite, Marwan Al-Ahmadi, dans un communiqué.

La signature de ce contrat pourrait donner des ailes à Nokia Siemens Networks puisque Zain opère actuellement dans 22 pays du Moyen-Orient et d’Afrique, à la suite d’acquisitions pour plusieurs milliards de dollars.

Cet accord devrait également permettre au groupe germano-finlandais d’atteindre ses ambitieux objectifs. Objectif : “se tenir prêt pour relier les 5 milliards d’utilisateurs haut débit qui seront connectés en continu d’ici 2015”, nous explique Sampsa Lahitinen, patron de la Région Ouest du groupe.

Pour ce faire, l’équipementier se concentre sur un certain nombre de marchés porteurs, également fortement adressé par ses concurrents: TV Mobile, IPTV, Haut débit mobile, convergence des réseaux.

L’équipementier mise ainsi sur l’essor probable des combinés hybrides GSM/Wi-Fi sans coupure (hand-over) comme le Unik de France Télécom. Pour autant, le groupe se concentre sur la technologie coeur de réseau IMS (IP Multimedia Subsystem) plutôt que sur UMA actuellement utilisé.

Le groupe parie également sur le LTE pour Long Term Evolution. Il ne s’agit pas d’une nouvelle technologie réseau ou d’un standard mais plutôt d’une évolution des réseaux existants. “Le LTE sera au multimédia ce qu’a été le GSM pour la voix”, assure Pierre Chaizemartin, Head of Technology Radio.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur