Mégalis, le réseau breton, opte pour les accès IP satellite

Réseaux

Les syndicats mixtes breton et ligérien complètent leur réseau optique par une première dotation de 200 stations satellites. En apportant l’accès haut débit aux établissements relevant de ses différentes communautés publics et parapublics, Mégalis espère convaincre les entreprises qui ne sont pas encore éligibles à l’ADSL

Après plusieurs mois d’essais intensifs menés par la MEITO (

Mission pour l’Electronique, l’Informatique et les Télécommunications de l’Ouest), sur 13 sites mettant en ?uvre les accès IP envisageables (Wi-Fi, BLR, laser optique), les syndicats mixtes de Bretagne et Pays de Loire ont doté leur région d’un vaste plan d’équipements des communes orphelines de l’ADSL. C’est la société Divona associée à e-Wan(filiales du groupe Genedis) qui réalisera les implantations pour un montant de 1,84 million d’euros pour les deux années à venir. Densifier le périmètre de couverture Ces nouveaux équipements desserviront les établissements publics les dotant, ainsi, des services du réseau Mégalis 1 (VPN et intranets à vocation administratifs,@RAIN Renater et le réseau social santé). Ce plan, ambitieux, baptisé Mégalis 2 a pour objectif d’accroître le périmètre de couverture sur les deux régions. «Nous comptons répondre aux attentes des communautés d’intérêt général en zones périphériques et rurales », précisent les promoteurs de l’opération. Et de préciser que par ce moyen, ils comptent, rapidement, « accélérer la diffusion des techniques de communication auprès du secteur public et marchand et des administrés». Constitué d’une station proposée à la vente ou à la location, l’offre satellite Mégalis 2, comprend des forfaits de connexion à haut débit à 60 euros par mois. Comme promis, les nouveaux abonnés pourront compléter leurs services au niveau de leur réseau local ainsi que sur des sites externes. L’absence des opérateurs alternatifs Le rôle de l’opérateur historique a été mis en question par les acteurs du projet. En effet, il a été constaté de nombreux ralentissements ou gels de projets sur ces accès IP par satellite, voire des revirements du fait des promesses d’extension ADSL. France Télécom a écrit « que la desserte haut débit est un axe prioritaire d’aménagement du territoire du Département », et a ressortir que le projet « a pour finalité de couvrir l’intégralité des territoires, communes, entreprise et bâtiments ». Cette démarche, inscrite dans un plan dit “plan Breton” (du nom du président de France Télécom -aussi?) vise à freiner les alternatives proposées. Cependant, elle confirme, à ce jour, les manques en moyens de couverture à haut débit. Une offre complète Les régions Bretagne et Pays de Loire ont pris l’option de constituer plusieurs ‘packages’ d’accès IP. Outre la solution basée sur un poste individuel, les offres sont adaptées aux installations regroupant 5 postes de travail et plus. Elles se composent d’une station complétée par une antenne de type ‘offset’ de 96 cm de diamètre avec une double tête hyperfréquence de 2 watts à l’émission. Un terminal DVB-RCS Nera 1901 complète le dispositif. Pour les « dévoreurs de données », l’offre est dotée du système « turbo TCP-IP Udgateway” proposé par la société Udcast basée à Sophia Antipolis. Chaque station est reliée, via un modem téléphonique, site de maintenance Divona/eWan. L’internet Haut débit par satellite à Saint-Père

La commune de Saint Père Marc en Poulet (issue de l’agglomération de Saint Malo) offre désormais, via Mégalis 2, le haut débit à la mairie afin de faciliter les recherches ? emplois et réglementations- à tous les citoyens de la commune (dont un kiosque emploi-services).

Le Forum international des Droits de l’Homme, qui s’est tenu à la cité des Congrès du 16 au 19 mai dernier, a eu recours à Mégalis 2. Du point de vue technique, les images en direct lors de ce forum ont pu être retransmises vers les serveurs de Mégalis à l’Université de Nantes. Les flux vidéo ont transité par le hub satellitaire de Divona et un serveur autorisait la fonction de ‘streaming’ (envoi de vidéo en continu à partir d’un serveur) pour satellite. Cette opportunité a été testée par de nombreux internautes d’autant que les places pour assister aux débats étaient limitées en raison de mesures de sécurité.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur