Messagerie : Teams a-t-il dépassé Slack ?

CollaborationLogiciels

Microsoft revendique 13 millions d’utilisateurs quotidiens pour Teams, sa messagerie collaborative, et la place de leader du domaine, devant Slack. 

Plus de 13 millions de personnes utilisent au quotidien l’application Teams de Microsoft pour discuter en ligne, organiser des réunions et collaborer sur des documents.

C’est ce qu’avance Microsoft, qui rapporte que la croissance de son application est en forte hausse, et qu’il a désormais dépassé Slack sur le marché des messageries collaboratives.

Il est toutefois difficile de comparer puisque les derniers chiffres officiels de Slack datent de janvier 2019, et à l’époque, Slack revendiquait dix millions d’utilisateurs réguliers.

Teams revendique la place de numéro 1

 

 

Graphique à l’appui, Microsoft explique qu’en cumulé, 19 millions d’internautes utilisent Teams chaque semaine. Une statistique que Slack ne donne plus depuis 2017.

A l’époque, neuf millions de personnes utilisaient cette messagerie sur une durée hebdomadaire. Comme Slack ne produit plus de chiffres, Microsoft se base sur la croissance de Teams pour justifier sa place de numéro 1.

Selon la firme de Redmond, les courbes se sont croisées au cours du premier semestre 2019. Il faudra attendre de connaître les chiffres officiels de Slack pour en avoir la confirmation…

Le marché de la messagerie collaborative est  évalué à 9 milliards de dollars par Quartz at Work, 

Microsoft interdit Slack à ses salariés

La bataille entre les deux messageries se jouent aussi sur d’autres terrains.  Il y a quelques jours, on apprenait que Microsoft interdit l’usage de Slack à ses salariés. Si la raison officielle évoque des risques de sécurité, il s’agit tout simplement d’obliger ses salariés à délaisser Slack pour passer à Teams.

Quid de la version payante de Slack ? « La version de Slack Enterprise Grid est conforme aux exigences de sécurité de Microsoft. Cependant, nous encourageons l’utilisation de Microsoft Teams plutôt que d’un logiciel concurrent » peut-on lire dans cette note.

Lire aussi :