Mobile : Bruxelles veut accélérer le développement de la LTE (4G)

Réseaux

La Commission européenne investit 18 millions d’euros supplémentaire pour développer la LTE Advanced, une norme de téléphonie mobile à 1 gigabit/s.

Surfer sur l’Internet mobile à 100 mégabit/s. C’est ce que permettra, en théorie, la technologie LTE (Long Term Evolution) encore appelée 4G. Une technologie d’avenir qui doit prochainement s’installer en Europe. Outre le très haut débit qui apportera de nouveaux services comme la visioconférence, le LTE s’affiche comme une solution « économique » pour les opérateurs puisque les équipements sont compatibles avec les normes précédentes (2G, 3G). Du coup, la 4G se présente comme une solution pour désenclaver les zones blanches (et venir concurrencer le Wimax ). En Europe, 23 % des populations des zones rurales n’avaient pas accès à l’ADSL fin 2008. En France, 550.000 lignes téléphoniques restent privées de haut débit.

Le LTE est normalisé et les équipements sont prêts. Il ne reste plus que la volonté des opérateurs d’adopter la norme. Ce qui nécessite de nouveaux investissements. A l’échelle mondiale, les investissements dans les réseaux LTE devraient s’élever à 6 milliards d’euros d’ici 2013. C’est notamment pour éviter tout retard du secteur et, surtout, renouveler le succès du GSM (norme européenne définie dans les années 80 qui équipe aujourd’hui 80 % des réseaux mobiles mondiaux) que la Commission européenne a annoncé une aide financière de 18 millions d’euros en 2010 dans des travaux de recherche. Ceux-ci porteront notamment sur la LTE Advanced, une version améliorée du LTE qui doit pousser la bande passante à 1 gigabit/s (1000 mMbit/s).

Exercer une influence dominante dans le monde entier

Cet apport financier de Bruxelles complète les 25 millions d’euros investis entre 2004 et 2007 pour financer, déjà, des travaux de recherche sur l’optimisation et la normalisation de la LTE (projets WINNER I et II mis en œuvre par un consortium de 41 entreprises et universités européennes de premier plan). « Avec les technologies LTE, le savoir-faire de l’Europe en matière de recherche va continuer à exercer une influence déterminante sur le développement des services et appareils mobiles dans le monde entier, comme cela a déjà été le cas avec la norme GSM au cours des dernières décennies », déclare Viviane Reding, membre de la Commission chargée des télécommunications et des médias dans le communiqué.

Selon le calendrier fournit par Bruxelles, la LTE devrait être commercialement lancée au cours du premier semestre 2010 en Suède et en Norvège. Suivront en 2011 l’Allemagne, l’Irlande et l’Espagne. En France, il faudra attendre 2011/2012 pour qu’Orange lance ses premières offres commerciales. Dans le monde, l’Amérique du Nord, le Japon devrait adopter la 4G dès l’année prochaine. Puis, l’année suivante, la Chine et la Nouvelle-Zélande. Au total, une trentaine d’opérateurs mondiaux se sont engagés à adopter le LTE dont Orange, TeliaSonera, T-Mobile, AT&T, NTT-DoCoMo et Verizon.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur