Munich commence sa migration vers Linux. Enfin…

Régulations

Avec un an de retard sur son calendrier, la capitale bavaroise commence à utiliser le pingouin

“Nous nous sommes heurtés à des imprévus, mais le mouvement a maintenant pris sa vitesse de croisière,” indique Florina Schiessl, responsable du projet Munich Limux. “Limux” étant l’abréviation de “Linux et Munich”.

Depuis le jeudi 21 septembre, les 100 premiers ordinateurs de la ville sur un parc de 14,000 ont migré des OS Windows et de la suite bureautique Office, à des OS Linux équipés d’OpenOffice.

“Aujourd’hui, nous travaillons sur les deux environnements, mais d’ici deux ans cela va changer. Linux va être utilisé en priorité” déclare Schiessl.

“Une migration complète vers Linux est totalement surréaliste” poursuit la responsable du projet, “car certains matériels et logiciels de l’administration ont toujours besoin de systèmes Windows et même des ordinateurs Apple, dans le domaine de la communication “.

La ville de Munich n’a pas l’intention de passer d’un monopole à un autre. C’est d’ailleurs pour cela qu’elle a décidé cette migration.

D’ici la fin de l’année, la capitale de Bavière devrait au moins avoir procédé à la migration de 200 ordinateurs vers des systèmes Open Source. La plupart de ces postes sont destinés à la communication.

L’un des challenges les plus importants à relever est la migration des plus importantes administrations qui sont plus complexes et ne peuvent pas se permettre de tomber en panne. Reste que Florina Schiessl est déterminée, et envisage de terminer au moins 80% de ce grand ravalement informatique.

La configuration choisie par la troisième ville d’Allemagne repose sur la distribution Linux Debian GNU/Linux3.1, l’interface utilisateur KDE 3.5 et la suite bureautique open source OpenOffice 2.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur