Nokia dégraisse encore

Cloud

Le finlandais annonce un deuxième plan social en deux mois

Début de panique chez Nokia ? Le numéro un mondial du mobile dévoile en effet un deuxième plan social mondial afin de résister à la conjoncture ambiante. Après avoir annoncé 1.000 suppressions de postes en février, le finlandais confirme la suppression de 1.700 emplois supplémentaires dans le monde sur un effectif total de 128.000 personnes. Objectif : économiser 700 millions d’euros dans les deux prochaines années.

Le fabricant a beau être, et de loin, le premier vendeur de mobiles sur la planète, il subit comme ses concurrents les effets dévastateurs du ralentissement économique. Au 4e trimestre, ses ventes ont plié de 15% et son bénéfice net s’est effondré, divisé par trois sur un an. Par ailleurs, les prévisions de ventes de terminaux pour 2009 ne laissent guère de place à l’optimisme. Même si les smartphones tireront leur épingle du jeu, les ventes globales seront en recul de 10% selon Nokia.

“Nokia prévoit d’ajuster les ventes, le marketing et les opérations technologiques pour les adapter à un portefeuille élagué et à la demande mondiale des consommateurs”, indique le finlandais dans son communiqué.

En effet, le groupe a lancé plusieurs offensives pour redresser la barre. Afin de compenser la baisse des ventes de terminaux, Nokia mise sur les services à valeur ajoutée (contenus présents dans le portail OVI, OVI mail…) et sur les applications en ligne avec le lancement de l’OVI Store, inspiré de l’App Store d’Apple.

Le groupe compte également sur sa nouvelle gamme de smartphones pour reprendre des parts de marché à Apple et à RIM qui progressent à grands pas dans ce segment. Nokia entend sortir les smartphones du marché purement professionnel. Un raisonnement pertinent qui fait le succès actuel des BlackBerry. Trois modèles ont d’ores et déjà été présentés lors du Mobile World Congress de Barcelone : le E55 qui vise la moyenne gamme, le E75, un modèle haut de gamme à clavier coulissant et le E63 qui vise clairement le mass-market.

A lire, notre analyse : Nokia mise sur les smartphones et OVI Store pour passer la tempête


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur