Nokia s’interroge toujours sur l’avenir de HERE

MobilitéRégulations

Après avoir évoqué la revente de la division cartographie HERE, Nokia réfléchit aujourd’hui à un développement en interne.

Vendra, vendra pas ? L’incertitude plane sur l’avenir de HERE au sein de Nokia. Après avoir évoqué sa revente, l’équipementier finlandais pourrait finalement conserver sa division cartographie. L’entreprise prend visiblement son temps pour trouver la meilleure stratégie afin de valoriser son activité.

« Soyons clairs: l’examen n’aboutira pas forcément à la vente de HERE, a déclaré le président de Nokia Risto Siilasmaa lors de l’assemblé générale annuelle mardi 5 mai selon des propos rapportés par Reuters. Nous croyons fermement en la possibilité de développer HERE au sein de Nokia; il s’agit avant tout de trouver pour HERE la meilleure possibilité de créer de la valeur. »

La revente des solutions et services de cartographie avait surgi début avril, un peu avant l’accord de rachat d’Alcatel-Lucent pour l’équivalent de 15,6 milliards d’euros par échange d’actions. Selon la presse allemande, plusieurs acheteurs potentiels avaient fait part de leurs intérêts pour les produits de géolocalisation dont des constructeurs automobiles (BMW, Audi, Daimler) mais aussi Uber et Facebook.

Une activité en croissance

Mais, depuis, Nokia a publié, la semaine dernière, des résultats pour le premier trimestre inférieurs aux attentes sur son activité équipement réseau avec un résultat opérationnel passé de 216 millions d’euros en 2014 à 85 millions (notamment à cause d’une plus faible demande sur la partie logicielle à forte marge et une forte croissance en Chine des ventes matérielles à faible marge). Alors que la marge de la partie réseau est passée de 9,3% à 3,2%, malgré la hausse de 20% du chiffre d’affaires à 3,2 milliards, celle de HERE a connu le chemin inverse basculant de 4,8% il y a un an à 7,3% en 2015 pour un profit opérationnel en hausse de 90% (mais néanmoins presque insignifiant à l’échelle du groupe à 19 millions d’euros). Une tendance qui pousse donc les dirigeant à réfléchir à deux fois à la stratégie à mener.

Estimé à 2 milliards d’euros en valeur comptable, HERE est valorisé entre 4,4 et 6,9 milliards par le cabinet Inderes Equity Research, rapporte Reuters. Soit toujours moins que les 8 milliards de dollars qu’y avait investit Nokia à travers le rachat de l’américain Navteq en 2007.


Lire également
Martin Desrosiers, HERE : « Le Big Data enrichit la cartographie »
Nokia HERE s’attaque au marché de l’automobile


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur