Plus de 95 % de courriers indésirables en 2009 ?

Sécurité

Visiblement, les dernières actions menées contre les hébergeurs indélicats ne permettront pas de réduire le volume des ‘spams’

Les équipements Barracuda Spam Firewall de Barracuda Networks filtrent aujourd’hui plus d’un milliard de courriers électroniques par jour. La compagnie tire de ce trafic des informations intéressantes.

Ainsi, 90 % à 95 % des messages envoyés sont indésirables, ce qui confirme les chiffres donnés par Cisco. C’est un volume similaire à celui constaté en 2007. Selon Barracuda Networks, ce taux pourrait toutefois légèrement dépasser les 95 % en 2009.

Parmi les principaux pays émetteurs de spam, nous retrouvons les États-Unis (23,58 %), loin devant le Brésil (6,77 %), la Russie (5.66 %), le Canada (4,69 %), la Turquie (4,24 %), les Pays-Bas (3,77 %), l’Allemagne (3,52 %), la Chine (3,38 %), le Royaume-Uni (2,48 %) et la Pologne (2,25 %).

“Il est intéressant de noter le classement des États-Unis par rapport à la Chine et à la Russie, habituellement montrés du doigt en matière d’envoi despam, constate Stephen Pao, vice-président responsable de la gestion des produits chez Barracuda Networks. “Nous pensons que cela s’explique, en partie, par la pénétration du haut débit résidentiel et la prolifération des centres de données dans différents pays à travers le monde. À mesure que le haut débit se répand, le rayon d’action desbotnetss’accroît également. Les centres de données non sécurisés sont mûrs pour se faire pirater et héberger du code malveillant.”

La compagnie met également les utilisateurs en garde contre les attaques de type hameçonnage (phishing), qui deviennent de plus en plus sophistiquées et s’appuient souvent sur des techniques avancées de social engineering.

“Nous sommes convaincus que les techniques desocial engineeringet de masquage d’identité de l’expéditeur vont continuer de se combiner, ce qui obligera encore plus les utilisateurs à faire preuve de prudence lorsqu’ils accèdent à des applications ou communiquent des informations personnellesviades liens URL incorporés à dese-mails, conclut Stephen Pao.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur