16 pôles de compétitivité à la traîne

Régulations

Les pôles de compétitivité moins performants vont faire l’objet d’un dialogue approfondi avec les collectivités territoriales, ont indiqué lundi les ministères de l’Égalité des territoires et du Redressement productif.

Le Gouvernement a confirmé lundi l’ouverture d’un dialogue avec les principaux acteurs publics et privés en charge de la politique des pôles de compétitivité. Cette initiative fait suite à la publication d’une étude du consortium Bearing Point-Erdyn-Technopolis ITD portant sur l’évaluation de la seconde phase d’activité des pôles (2009-2012).

Créés en France en 2004, les pôles de compétitivité rassemblent sur un même territoire des entreprises, des centres de recherche et des instituts de formation appelés à travailler sur une thématique clairement identifiée. Ces clusters censés soutenir l’innovation et l’emploi, ont-ils atteint leurs objectifs ?

55 pôles viables sur 71 labellisés ?

Les conclusions des évaluateurs « sont dans leur ensemble positives », témoignant de « la montée en puissance et la professionnalisation des pôles de compétitivité », s’est félicité l’exécutif. Ainsi, sur les 71 pôles détenteurs du label « pôle de compétitivité » à la date de l’évaluation pilotée par la DGCIS et la DATAR*, 20 ont été considérés comme « très performants », parmi lesquels Cap Digital et Systematic à Paris-Région, Images & Réseaux à Lannion, Minalogic à Grenoble. 35 ont été qualifiés de « performants » et 16 ont été jugés « moins performants »**.

Les ministres Cécile Duflot (égalité des territoires), Arnaud Montebourg (redressement productif) et Fleur Pellerin (PME, innovation, numérique) demandent aux pôles et aux collectivités territoriales d’engager « au cours des prochains mois » un dialogue portant sur le développement et la contractualisation entre clusters et pouvoirs publics.

Avec les pôles les moins performants, « un dialogue plus approfondi sera engagé […] pour partager ce diagnostic, en comprendre les raisons, et en tirer toutes les leçons », a indiqué Bercy. Est-ce à dire que les pôles peu efficients pourraient perdre leur label et, par extension, les soutiens dont ils bénéficient ? Le Gouvernement indiquera, à l’automne, les grandes lignes de sa politique concernant l’activité future de l’ensemble des pôles de compétitivité.

* Direction de la compétitivité, de l’industrie et des services (DGCIS) ; Délégation interministérielle à l’aménagement du territoire (DATAR).
** Elastopole, Fibre, Hippolia, Maud, Medicen, Microtechniques, Produits, arômes, senteurs et saveurs, Industrie du commerce, Qualimed, Qualitropic, Up-tex, Xylofutur, Avenia, Eau, Hydreos, Team.

Crédit photo © HP_Photo – Fotolia.com


Auteur : Ariane Beky
Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur