Quand Apple vient en aide à Google sur le marché de la publicité mobile

Cloud

La Federal Trade Commission a validé l’acquisition de la régie AdMob par Google. L’entrée d’Apple dans la place évite à Google le risque monopolistique sur le marché mobile publicitaire.

Plus de six mois après l’acquisition de AdMob, la Federal Trade Commission (FTC) a finalement donné son feu vert à l’entreprise de Mountain View. Celle-ci pourra donc poursuivre son offensive sur le marché de la publicité mobile. Présent sur 15 000 sites mobiles, la régie publicitaire AdMob propose notamment une technologie qui adapte dynamiquement les formats des annonces aux contenus dans la forme comme dans le fonds.

La validation de l’opération par le puissant gendarme du commerce américain n’était pas gagnée d’avance. En mars dernier, la FTC s’interrogeait encore sur le poids que cette transaction ferait peser sur le marché de la publicité mobile face aux risques monopolistiques induits. Mais, entre temps, un autre acteur de taille est venu, bien involontairement, mettre de l’huile dans les rouages de la machine à équilibre économique qu’est la FTC: Apple.

Début avril 2010, la firme de Cupertino précisait sa stratégie publicitaire mobile en lançant sa propre régie baptisée iAd. « Suite à l’entrée d’Apple (sur le marché), le succès AdMob sur la plate-forme iPhone ne sera probablement pas un indicateur précis de l’importance de AdMob pour permettre au marché d’aller de l’avant, que AdMob soit détenue par Google ou non », note la FTC dans son compte-rendu.

L’organisme américain ajoute que de récentes fusions sur ces nouveaux marchés, dont ceux de la téléphonie mobile, éloignent le spectre d’un monopole détenu par Google. La FTC fait probablement écho à la récente acquisition de Palm et sa plate-forme mobile WebOS par HP. Elle n’en restera pas moins vigilante sur ce nouveau marché. En attendant, Google peut dire merci à Apple.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur